topblog Ivoire blogs

lundi, 03 janvier 2011

L'Ua négocie le retrait de Gbagbo

L'Union africaine négocie le retrait de Gbagbo

Le Monde ,03.01.2011 11:10 - mise à jour: 12:13

Une nouvelle mission africaine tente lundi à Abidjan d'obtenir le départ de Laurent Gbagbo de la présidence ivoirienne, espérant éviter d'avoir à user de la force pour résoudre une crise qui a déjà fait près de 200 morts selon l'ONU.

raila.jpg

Lire la suite

Gbagbo n’est ni Sankara, ni Lumumba

Gbagbo n’est ni Sankara, ni Lumumba et encore moins Mugabe

Insupporter Sarkozy implique-t-il de voir en Laurent Gbagbo un "révolutionnaire progressiste", un "libérateur" de l’Afrique ?

Depuis le début de la crise politique engendrée par l’obstination de Laurent Gbagbo à s’accrocher au pouvoir, certaines voix s’élèvent pour le défendre, non pas tant d’un point de vue formel quant aux résultats réels de l’élection présidentielle, mais parce que Gbagbo serait l’un des derniers ou bien le tout nouveau "résistant" à la domination du monde occidental.

Ce sont la plupart du temps des hommes de gauche voire des " révolutionnaires anti-capitalistes " et autres altermondialistes qui montent au créneau pour défendre le présumé "socialiste", avec des arguments qui puisent dans les coups tordus des 50 années de la "Françafrique" ou qui piochent dans l’histoire du continent africain.sankara.jpg


Maître Vergès frappe à la tombe du général Bigeard en invoquant Diên Biên Phú. Le Suisse tiers-mondiste Jean Ziegler se joint à un "appel" d’autoproclamés "intellectuels" qui osent la comparaison avec le destin tragique de Patrice Lumumba en 1960, comparant même les forces de l’Ecomog aux tirailleurs sénégalais de l’époque coloniale.

Lire la suite

mercredi, 17 mars 2010

Reports des elections:La population exaspereen?

GBAGBO.JPGL’absence d’élection exaspère la Côte d’Ivoire


L’impossibilité persistante d’organiser le scrutin présidentiel repoussé depuis 2005 s’ajoute à de fortes tensions sociales, faisant craindre de nouvelles manifestations populaires dans les prochains mois

C’était un symbole de la « réunification » annoncée de la Côte d’Ivoire. Le préfet de Bouaké, fief des Forces nouvelles (FN), l’ex-rébellion ivoirienne contrôlant la moitié nord du pays, venait enfin d’être installé dans des bâtiments rénovés, équipés à grand frais par les Nations unies. Aujourd’hui, il ne reste des voitures neuves que des carcasses calcinées gisant devant d
es bureaux pillés et incendiés.

Lire la suite