topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mardi, 21 octobre 2014

Yopougon : les installations anarchiques électriques, cause de nombreux incendies

gilbert kone kafana, C2D, emploi jeune, chomage en cote d'ivoire, lutte contre la pauvrete,

Une solidarité « funeste » règne dans ce domaine entre certains agents véreux de l’unique compagnie d’électricité et des « vendeurs-techniciens » de fortune d’électricité qui regroupent sur le même compteur plusieurs » usagers. La pauvreté bien sur est le seul coupable à les entendre.


Après l’incendie mortel qui a ravagé 15 habitations du sous quartier non viabilisé de Yopougon dénommé Doukouré, dans la nuit du samedi 11 septembre 2014, la délégation du Député-maire Gilbert Koné KAFANA, a rendu visite aux sinistrés.

Dans la matinée du mercredi 15 octobre, les envoyés du maire de la plus grande commune du pays s’est donc rendu au quartier Doukouré pour apporter compassion et soutien aux victimes, parmi lesquels deux morts, un couple qui a péri dans les mains des flammes assassines.

La délégation avec à sa tète le diplomate Coulibaly Issifou, 1er Adjoint au maire de la commune, après une visite du lieu de sinistre a remis au nom du maire Gilbert Koné KAFANA, en mission hors du pays, la somme de 1 millions de F cfa aux 15 familles victimes du feu.

Les installations électriques, une vraie catastrophe humaine

C’est en moins d’un an le 7 eme incendie comptabilisé par le service communication de la mairie et ayant pour point commun les installations électriques anarchiques.

Il se trouve qu’un grand nombre des lieux d’incendie de quartiers sont des zones non viabilisés, désormais le terme officiel pour designer les quartiers précaires des zones urbaines d’Abidjan.

En effet, la délégation municipale, depuis son installation en juin 2013 s’est rendue successivement trois fois à Andokoi pour apporter son soutien aux victimes de différents incendies et à chaque fois, les baraques qui servaient de logis aux populations sont toutes partis en fumée. Au quartier Millionnaire ce fut le scenario. En fait le spectacle au vu d’œil qu’offre ces quartiers est désolant : des fils électriques entrelacés tel des toiles d’araignées entre des poteaux électriques, bien souvent des branches d’arbres et sur des murs des maisons.

Et le bilan de ces pratiques à risques est effroyable quant on se réfère aux nombreux dégâts que ce genre d’installations cause de façon régulière dans nos villes.

Le couple Ouattara et Gnahoré laisse la vie dans le feu

Parmi les victimes de cette énième incendie dans les zones urbaines non viabilisées, le couple Ouattara Mama et Gnahoré Kassiri, marié il y a de cela plusieurs années et vivant avec leurs 6 enfants a laissé la vie, leur vie. Seuls les enfants ont été sauvés par les voisins convertis pour l’occasion en équipe de sauvetage.

6 orphelins sont donc à la rue, le feu ayant dévoré toutes les habitations qui se trouvaient dans le périmètre du feu. Toute tentative de sauvetage lors de sinistre n’est possible dans ces quartiers ou la question de l’assainissement et des voies d’accès posent un véritable problème aux sapeurs pompiers et aux agents de l’Office Nationale de la Protection Civile, l’ ONPC, lorsqu’ils tentent de circonscrire les feux et autres catastrophes.

Aucune voie ne permet à un véhicule de par la faute des habitants du quartier d’accéder aux lieux d’incendie car chaque mètre carré est capitalisé, utilisé pour se faire une place dans ces habitations ou la promiscuité et la dégradation du cadre de vie font rage.

Et les alertes, les sensibilisations et les ultimatums des autorités demeurent lettre mortes face à des mentalités totalement en déphasage avec la vie moderne. Si selon l’adage populaire, « prévenir vaut mieux que guérir », ne serait-l pas temps de prendre des mesures vigoureuses avant que l’irréparable se produisent ?

Badciss Badciss

Les commentaires sont fermés.