topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

vendredi, 25 juillet 2014

A Yopougon, le RDR se met en ordre de bataille, ….difficilement

yoppougon, rdr, kafana kone, mairie de yopougojn, maire de yopougonLe Jeudi 24 Juillet 2014, jour férié à la faveur de la Nuit du Destin du mois de Ramadan finissant, la direction du RDR, Rassemblement Des Républicains, de la commune de Yopougon a organisé, à son siège local, de 14 heures à 16 heures, une réunion de remobilisation et d’actualisation des structures de base conformément à la décision de la haute direction du parti de la Rue Lepic.


 Retrouvailles, …. accolades, et embrassades au siège de Wassakara

Du grand monde au siège du RDR situé dans le quartier Wassakara ce jeudi 24 Juillet 2014, non loin de la célébrissime Rue Princesse, rasée dès la fin de la crise postélectorale par la ministre de la Salubrité Urbaine d’alors, Anne Ouloto, plus connu sous le nom évocateur de « Maman Bulldozer », aujourd’hui en charge d’un ministère bien tranquille, celui de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfance.

C’est les retrouvailles, on se tapote les épaules, des accolades, des embrassades se donnent à voir.... On plaisante sur les ravages du mois de jeun musulman qui est son 27 eme jour, sur les formes des uns et des autres.

Depuis la série de victoires électorales, les élections présidentielles et son lot de violence et de  morts, les victimes des miliciens et mercenaires de Gbagbo se comptent majoritairement au sein des militants RDR de la commune, les élections législatives ou le parti obtient les 6 sièges de la circonscription électorale, puis l’élection municipale de mai 2013, les occasions avaient manqué de se réunir, de se rencontrer et de parler RDR. Mais la réélection du Président Alassane Ouattara est devenue l’agenda prioritaire du parti crée par Djéni Kobenan en 1994.

La réélection de Alassane Ouattara, la priorité des priorités

La Restructuration du parti avec la prise de fonction de Gilbert Koné Kafana en tant que Secrétariat Général Adjoint chargé de l’organisation, des structures spécialisées et du Patrimoine du Parti a donné un second souffle au parti du Président Alassane Ouatara.

Les luttes intestines, les batailles et autres frustrations relatives aux questions de promotions professionnelles, d’insertions socioéconomiques avaient pris le pas sur la vie du parti.  Le RDR de Yopougon a la particularité d’avoir  gagné toutes les trois élections et les questions de promotions pour les militants n’en pouvaient qu’être qu’aigues. Mais l’actualité politique avec le discours clair-obscur du grand allié, le PDCI-RDA, sur la candidature unique du RHDP pour 2015 ont fait reprendre conscience à tous les militants que tout est à refaire ou presque, qu’il faut se battre pour consolider les acquis et compter d’abord sur ses propres forces  Comme le témoigne ce responsable du RDR,  jeune cadre à la mairie «  Ils (le PDCI) vont nous trahir comme dans le Front Républicain. On doit se mettre au travail comme avant. ». L’heure est donc la remobilisation, à la restructuration, à l’actualisation des structures de base.

Pour le RDR, Yopougon est un bastion gigantesque aux potentialités énormes

Yopougon, naguère bastion du FPI de Gbagbo Laurent, est un véritable empire de par sa taille spéciale, démographique mais aussi de par sa composition multiethnique. C’est une commune de près de  1,5 millions d’habitants pour 154 km² ,  ( à comparer avec la commune de Marcory ,12 km²). La circonscription électorale de Yopougon, comptent le plus grand nombre d’inscrit sur la liste électorale, loin devant Abobo, plus de 400 000 inscrits, pratiquement le 1/3 de la liste électorale nationale. Le RDR est l’un des rares partis politiques capables de couvrir en personnel électoral les 1200 bureaux de vote de la commune. Et il faut généralement deux représentants par bureau de vote. Un vrai casse-tête chinois pour les formations politiques et les candidats indépendants.

Les projets de développement de l’actuel maire, Gilbert Koné KAFANA, la construction d’un Hyper Marché central dénommé le Mall de Yopougon de près de 20 milliards de F CFA et la construction du plus grand marché de gros et de détails de la Cote d’Ivoire, un investissement de près de 30 milliards, de nombreux emplois en vu ,  en font un pôle économique de premier plan dans la Cote d’Ivoire de la vision du Président Alassane Ouattara.

Une commune donc à ne pas perdre au vu de ses potentialités socioéconomiques et financières. La réinsertion des nombreux militants qui attendent un signe de la part des responsables en dépend.

A Yopougon, la direction du parti est l’affaire d’un Secrétariat Départemental d’au moins 30 membres,  qui administre les 26 Districts composés chacune de 5 à 9 Sections selon leur taille géographique. L’on dénombre environ 160 Sections qui elle-même comportent un nombre de Comités de base situé entre 10 et 20. Le parti compte environ 3000 Comités de Base.

Les structurés spécialisées, le RJR pour les jeunes, le RFR pour les femmes, le RER, organisation des enseignants du parti, ont toutes leurs organisations calquées sur le même modèle. Cela donne une terrible machine  électorale  qui a mis à rude épreuve  le FPI dans une commune réputée être le bastion des partisans de l’ex-président, Gbagbo Laurent, pensionnaire de la CPI à la Haye, après son refus de céder le fauteuil présidentielle au vainqueur Alassane Ouattara.

 

Le mot d’ordre : se mettre en ordre de bataille, ici et maintenant !

Ainsi le Secrétaire Départemental du RDR à Yopougon, le député Ouattara Imbassou, par ailleurs 2eme Adjoint au maire de la dite commune   et son équipe ont battu le  rappel des troupes et a décidé au cours de la réunion ténu le Jeudi 24 Juillet 2014 une tournée d’actualisation dans les 26 Districts du parti dans la cité de la Joie, autre nom de Yopougon.

Coulibaly ISSIFFOU, le Départemental en charge de l’administration du parti et 1 ere Adjoint au maire de la commune, officiant la réunion, a situé le contexte et a, séance tenante formé les 26 délégations qui iront en mission dans les quartiers et sous quartiers de Yopougon pour accomplir l’importante  mission qu’attend d’eux la haute direction situé rue Lepic..

 Les délégations ont donc reçu chacune leurs feuilles de route pour rendre visite aux différents Districts dès le Samedi 26 Juillet à partir de 09 heures et procéder à la vérification de l’existence des Comités de Base et des Sections. Les commissaires politiques, titres officielles des responsables en charge des Districts, sont déjà informés de leur rôle et devront prendre toutes les dispositions utiles pour que tout se déroule selon les directives reçues.

Il s’agira en vue de l’élection des Secrétaires Départementaux, de faire le point au niveau des animateurs des différentes structures de base. Les militants et les responsables de base sont-ils en fonction ? Les populations qui naguère ont mené une lutte épique et meurtrière de longue haleine face au  régime des refondateurs vivent-ils dans les mêmes lieux ? Y a-t-il eu des déplacements ? Des décès ? Les farouches partisans du mentor ADO, le surnom bien du président Alassane Ouattara, ont-il le cœur à la tache ? Sont-ils prêts pour la prochaine bataille électorale de 2015 ?

Telles sont les questions que tenteront de répondrai les différentes missions qui dès samedi prochain investiront les quartiers et QG locaux du parti qui dirige aux destinée des ivoiriens depuis 2011.

Le désenchantement  plombe le dynamisme des militants-activistes

Après une lutte de 20 ans contre des régimes plus ou moins violents marquée par des destructions de biens matériels, des arrestations et des emprisonnements arbitraires, des spoliations de nationalités, des exiles forcés, des viols, des agressions, des tortures, des disparitions non élucidées jusqu’à ce jour et des tueries dont les points culminants ont été le charnier de Yopougon et la crise postélectorale, les militants ressentent une sorte de lassitude et de saturation dans l’activisme.

 De toutes les  façons, la menace a disparu puisque l’ennemi numéro un, le FPI a vu ses milices et ses capacités nocives débandées ou pour le moins totalement affaiblies dès la fin de la crise électorale.

En pareil situation, les revendications sociales et les questions d’insertions socioprofessionnelles et de promotions militantes remontent à la surface dans un pays qui du fait même de la longue crise comptent selon des chiffres difficilement vérifiables au moins 3 millions de demandeurs d’emploi dont les 60 % sont des jeunes.

Les grands chantiers lancés par le président de la République ont beau résulté en   des taux annuels de croissance élevés, 7% pour 2011, 8% en 2012 et  9,8 % pour 2013, ils n’ont pour le moment aucun effet sur la courbe du chômage et les jeunes s’impatientent. Les partisans du président Alassane   Ouattara  encore plus. N’est-ce pas leur parti qui est au pouvoir ? Leurs leaders ne sont-ils pas aux affaires ? Voila les questions qui tenaillent les partisans du tombeur de Gbagbo Laurent.

Le régime, les cadres du régime, sur la question font preuve d’un mutisme qui déroutent et même irritent encore plus les militants. Ils sont en fait tenaillés entre les exigences de la bonne gouvernance sur les concours et le mode de recrutement dans la fonction publique et le coup de pouce à ceux qui ont servis de fer de lance dans la lutte contre des régimes violents. Les bailleurs de fonds, les organisations de la société civile et les observateurs internationaux sont aux aguets. Le moindre scandale ou acte supposé comme tel envahit les réseaux sociaux et la presse, plus libre qu’avant de critiquer sans être victime des jeunes patriotes et autres Cecos, les forces hitlériennes du défunt régime des refondateurs.

Les concours publics ont  d’ailleurs un taux d’abortion du chômage bien limité.

L’auto emploi et l’entrepreneuriat sont surement des pistes à  explorer mais les obstacles à ces stratégies ne manquent pas : le manque d’accompagnement efficace, la volonté politique et l’orientation du système éducatif qui ne préparent adéquatement  pas les jeunes à s’investir dans l’auto emploi.

Et malheureusement sur la question, le dialogue entre les cadres du parti et les jeunes a été rompu depuis plus de 3 ans. Personne n’ose toucher aux questions qui fâchent. Et pourtant il va falloir engager avec courage le débat de l’emploi surtout à l’heure de la mobilisation des troupes..

 Les difficultés ne manquent donc pas pour le RDR  pour  remobiliser les  troupes et remettre en marche la puissante machine électorale qui a donné du fil à retordre à tous les régimes qui se sont succédé au pouvoir ces 20 dernières années.

Mais comme dirait l’autre le vrai leadership politique c’est justement trouver les solutions idoines aux problèmes sociaux de l’heure. Les républicains, les partisans du Rassemblement Des Républicains, sont donc au pied du mur.

Badciss Badciss

 

 

Les commentaires sont fermés.