topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

jeudi, 06 janvier 2011

Ouattara accuse Gbagbo d'avoir "du sang sur les mains"

PARIS/ABIDJAN (Reuters) - Alassane Ouattara a accusé le président sortant d'"avoir du sang sur les mains", évoquant "l'assassinat de nombreux Ivoiriens (...) par des mercenaires et des miliciens de Laurent Gbagbo".

Le camp Gbagbo n'a pas réagi pour le moment à ces accusations mais les Nations unies, qui ont certifié la victoire électorale d'Alassane Ouattara à la présidentielle en Côte d'Ivoire, ont fait passer de 170 à 210 le nombre de morts confirmés lors des violences postélectorales.


L'Onu a également condamné les entraves mises par le pouvoir ivoirien aux efforts de ses enquêteurs pour se rendre sur des charniers présumés.

Laurent Gbagbo affirme être le président légitime après la certification de sa victoire au lendemain du second tour, le 28 novembre, par un Conseil constitutionnel à sa main. Il exige le départ des casques bleus de l'Onuci, qui protègent notamment Alassane Ouattara dans son réduit de l'hôtel du Golf à Abidjan.

"Il est temps que Laurent Gbagbo s'en aille de son propre gré. Laurent Gbagbo a du sang sur les mains, (...) il a fait assassiner des citoyens par des étrangers. Voici quelqu'un qui se dit patriote et qui va prendre des mercenaires !", déclare Alassane Ouattara sur Europe 1 dans un enregistrement réalisé mercredi soir.

"Mes partisans sont impatients et pensent que nous devrions aller plus vite pour prendre le pouvoir. Mais nous allons y arriver. Je suis confiant que dans les jours à venir, nous allons avoir la totalité du pouvoir", ajoute-t-il. "Ce sera courant janvier."

Alassane Ouattara, dont la victoire avait été proclamée par la Commission électorale indépendante avant que les résultats ne soient inversés en faveur de son rival par le Conseil constitutionnel, a accusé Laurent Gbagbo de faire appel à des "mercenaires libériens" pour commettre des exactions.

"UNE AFFAIRE AFRICAINE"

"Nous avons plus de 200 morts déjà et nous avons des viols et des blessés, plus de 1.000 blessés, par ces mercenaires et ces Libériens.

"Bien entendu, nous avons des preuves. L'Onu et toutes les organisations des droits de l'homme ont relevé des massacres, des assassinats et ont attribué à cela des mercenaires et des miliciens recrutés par Laurent Gbagbo."

Il a poursuivi: "J'ai déjà écrit au secrétaire général des Nations unies pour demander que la Cour pénale internationale (CPI) envoie en Côte d'Ivoire une mission d'investigation, et on me dit que cela se fera dans les prochains jours."

Simon Munzu, directeur de la division des droits de l'homme de l'Onuci, a pour sa part estimé que le bilan révisé de 210 morts donné par son organisation à la suite de nouveaux affrontements pourrait encore s'aggraver. "Nous voulons que la communauté internationale fasse tout son possible pour mettre un terme à ces violences", a-t-il dit jeudi.

Selon certains informations, le pays compterait au moins deux charniers dont l'accès aurait été interdit aux enquêteurs de l'Onu par des partisans de Laurent Gbagbo armés et cagoulés.

"Ceux qui font obstacle à nos investigations doivent lever ces entraves", a déclaré Simon Munzu.

Evoquant l'attitude de l'ancienne puissance coloniale, Alassane Ouattara a déclaré sur Europe 1: "La France joue son rôle de partenaire, de pays ami qui a des liens historiques avec la Côte d'Ivoire, et cela, nous allons le continuer."

Paris compte un contingent de 900 soldats cantonnés près de l'aéroport d'Abidjan et chargés d'assurer la protection des ressortissants français. La France, qui a reconnu la victoire d'Alassane Ouattara, a exclu d'intervenir militairement dans la crise, préférant s'abriter derrière une approche africaine et multilatérale.

"La France ne peut pas prendre l'initiative d'une intervention militaire en Côte d'Ivoire. Je ne pense pas que la France ait pu même considérer cela. La Côte d'Ivoire est une affaire africaine et les Africains sont en train de développer toutes les mesures nécessaires pour amener Laurent Gbagbo à quitter le pouvoir", a estimé Alassane Ouattara.

Jean-Loup Fiévet pour le service français

Commentaires

En Côte d'Ivoire, nous savons qu'à l'hôtel du Golf, il aussi bien des hommes politique du RDR de Outtara, du PDCI de Bédié, Mabri qui ne compte moins de 1% et les rebelles. Ouattara veux le pouvoir pour rembourser les prêts d'argent pour l'achat des armes grâce au pétrole de Côte d'Ivoire, le PDCI, ce vieux parti a perdu les pédales sur les menaces de Ouattara qui humilie ses militants. Pour arriver à ses fins, les milices appelés REBELLES du nord ont tués des centaine de personnes à l'ouest et dans les zones occupées par eux, avec l'aide de l'état burkinabé et de quelques citoyens maliens. Ouattara ne sera jamais Président dans ce pays malgré ses lobbyings, mais surtout il rendra des comptes aux peuples une fois que cette situation sera réglée.

Écrit par : Blackmann | vendredi, 07 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.