topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

jeudi, 06 janvier 2011

Blocus du golf

LLevée du blocus de l`hôtel du golf/Raila Odinga (UA) :“Gbagbo a appelé le Gal Mangou en notre présence pour lever le blocus”

La querelle diplomatique en Côte d'Ivoire portait, hier, sur le blocus de l'hôtel du Golf à Abidjan, où le président Alassane Ouattara est reclus depuis son élection le 28 novembre. Laurent Gbagbo, le président sortant, qui semble adoucir sa position, se dit prêt à lever le blocus militaire sur l'hôtel du Golf, mais ne l'avait pas fait, hier, après-midi.


Selon la chaîne de télévision américaine CNN, le Premier ministre kenyan, Raila Odinga a confirmé cet engagement de Laurent Gbagbo. « Les informations que j'ai, c'est qu'il va lever le blocus », a déclaré l'envoyé de l'Union africaine pour les efforts de médiation. Et de préciser « qu'Il a appelé le chef de l'armée en notre présence et lui a demandé de lever le blocus, et je suppose que c'est ce qui s'est passé ».

M. Odinga, qui a séjourné à Abidjan en début de semaine avec une délégation représentant les Etats ouest-africains, a ajouté que Gbagbo était disposé à une rencontre avec le président élu. "Il (Gbagbo) ne veut pas de conditions. Il demande l'amnistie, il veut savoir si sa sécurité sera garantie s'il choisit de rester. Ce sont des choses qui doivent être discutées en tête-à-tête", a déclaré M. Odinga. En un mot, l'émissaire de l'Union africaine a déclaré que Laurent Gbagbo, le président contesté, est prêt à négocier sans condition. "Mais Ouattara n'est pas disposé à négocier à moins que Gbagbo accepte qu'il est président", a-t-il déclaré.

Toujours selon M. Odinga, M. Ouattara a assuré qu'il veillera à la protection de Gbagbo s'il admet sa défaite. L'émissaire de l'UA a souligné que les États ouest-africains entendent faire partir Gbagbo par la force militaire, si l'impasse continue. Puis d'ajouter qu' « en l'absence d'un règlement pacifique, l'action militaire sera envisagée ».

M. Odinga qui a été nommé Premier ministre après une élection contestée ayant conduit à la formation d'un gouvernement de coalition au Kenya, a déclaré que le partage du pouvoir ne sera pas une option pour la Côte d'Ivoire. « Cela est dangereux' », a-t-il déclaré. « Les perdants doivent accepter de céder le pouvoir », a ajouté le Premier ministre kényan. Le porte-parole du Département d'Etat, PJ Crowley, a dit que les États-Unis n'envisageront pas un accord de partage du pouvoir parce que le résultat de l'élection était clair. Laurent Gbagbo, qui s'accroche au pouvoir, a demandé un recomptage des voix, mais les médiateurs ont répondu que cela n'est pas une option parce que les documents électoraux ont été confisqués par ses partisans. M. Odinga a annoncé que les médiateurs seront de retour en Côte d'Ivoire dans un bref délai, mais aucune date n'a été fixée.

Bakayoko Youssouf avec CNN

Commentaires

Chers ADOBOYS/GIRLS,je suis dacord avec vous!vs savez je maitrise la zone ouest de votre.donc en cas faite -moi signe.

Écrit par : Oscar | lundi, 07 mars 2011

Les commentaires sont fermés.