topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mardi, 02 novembre 2010

CHOI : « La volonté du peuple ivoirien sera respectée »

CHOI : « La volonté du peuple ivoirien sera respectée » - « Aucun candidat n’aura recours aux moyens non démocratiques »

Le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire, M. Choi, était face à la presse hier, au siège de l’ONUCI à Abidjan. Il s’est prononcé sur le déroulement de la campagne électorale et le scrutin présidentiel du 31 octobre. Il a indiqué que cette conférence de presse fait partie du processus global de certification des élections. Nous vous proposons l’intégralité de sa déclaration et les échanges avec la presse.

ado1.jpg




Y J Choi (Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Côte d’Ivoire): Bonjour mesdames et messieurs les journalistes. Bonjour excellences, Messieurs les ambassadeurs. Les deux semaines de campagne électoral ont suscité passion et émotion mais celles-ci ont été maitrisées grâce à la discipline et à l’esprit de fair-play. La journée historique du 31 octobre a vécu. Elle a été marquée autant par l’enthousiasme des populations que par le respect des principes démocratiques. Le peuple ivoirien s’est exprimé massivement dans la paix et dans l’ordre. Le taux de participation est l’un des plus élevés dans le monde. De même l’on n’a remarqué aucune violence majeure, aucune violation des droits de l’homme ce qui est remarquable dans un contexte de sortie de crise. Le peuple ivoirien a relevé le défi avec un grand succès montrant au monde sa maturité politique et sa détermination à en finir avec la crise. Je voudrais adresser mes vives félicitations au peuple ivoirien et aux candidats. Il y a de quoi être fier d’être ivoirien. Le moment de sauvegarder les resultats est arrivé. Je n’ai aucun doute que la volonté du peuple ivoirien telle qu’exprimée hier sera respectée. Je n’ai aucun doute qu’aucun candidat n’aura recours aux moyens non démocratiques pour exprimer ses positions quant aux résultats du scrutin.

Dans tous les cas, je voudrais assurer le peuple ivoirien qu’il a un partenaire fiable qui reste la communauté internationale. Nous continuerons de vous appuyer avec en tête l’ONUCI, symbole de l’engagement de la communauté internationale en Côte d’Ivoire qui est déterminée à poursuivre son œuvre afin de faire droit à la volonté populaire. J’invite tout le monde à faire confiance à la Commission Electorale Indépendante pour qu’elle diffuse sans tarder les résultats du scrutin d’hier. Nous sommes rentrés dans une phase cruciale que nous allons traverser avec sérénité, confiance, fermeté et espérance.
Merci.


Laurent d’Ersu (La Croix) : Est-ce que vous pensez que les premiers résultats vont pouvoir être donnés aujourd’hui par la CEI et est-ce que de votre côté, vous avez d’ores et déjà, à travers les procès verbaux qui vous ont été remis, une image générale du scrutin.

YJC : C’est à la CEI de le faire. Selon le plan initial, il était prévu que le dernier avion qui transporte les procès verbaux ainsi que les présidents des CEI locales arrive à 4 heures ce matin. Mais comme vous le savez, ces procès verbaux ont été remis avec un peu de retard par les bureaux de vote aux commissions locales sous préfectorales, préfectorales, départementales et régionales. Ce retard est d’ordre purement technique. Il n’y a pas de violence. Il n’y a pas de motivation politique. Mais je pense que la CEI va répondre à cette question quand elle va annoncer les résultats provisoires.

Paulin zogbo (Fraternité Matin) : Tout en prenant acte de ce que vous venez de dire, il y a lieu d’avoir quelques inquiétudes parce que les populations s’impatientent. Est-ce que ce qu’on voulait éviter ne peut pas arriver au risque de créer des résultats contradictoires et instaurer l’insécurité ?

YJ C: C’est vrai qu’il y avait des inquiétudes s’agissant de la situation post-électorale mais après avoir constaté que tout s’était bien passé lors du scrutin, il n’y a pas à craindre. Comme je vous ai dit il y a eu un taux de participation très élevé, peut être un des plus élevés dans le monde. Nous n’avons constaté aucune violation des droits de l’Homme. Compte tenu de cette dynamique positive nous sommes confiants que le peuple ivoirien et les candidats patienteront une journée ou deux afin que la CEI travaille tranquillement pour annoncer le résultat provisoire. Nous sommes confiants que cela se passera tranquillement.

Thomas Hofnung (Libération): vous aviez parlé d’un taux de participation très élevé. Est-ce que vous avez un chiffre précis à nous donner ? Deuxièmement, est-ce que vous ne craignez pas que d’éventuels recours puissent retarder la publication des resultats provisoires donnant ainsi l’occasion à des troubles de s’exprimer ?

YJ C : Ce serait prématuré de vous donner un chiffre. Mais je peux vous dire que ce sera beaucoup plus élevé que les chiffres de certaines des élections récentes dans le monde. Quant à la possibilité de violence ou de recours à la violence pour contester les résultats, ayant vu ce qui s’est passé hier, je suis confiant que les candidats ne feront pas recours à la violence ou à des moyens non démocratiques pour contester les resultats. Je suis confiant.


PZ: M Choi, je voudrais savoir à quel moment vous allez certifier les élections, le résultat. Est-ce avant ou après le Conseil constitutionnel ?

YJC : Nous avons, dans le passé, plusieurs fois discuté de la définition de la certification ainsi que de ses moyens. Je vous ai également dit plusieurs fois qu’il s’agissait de sauvegarder le résultat ainsi que le processus. Il ne s’agit pas seulement de mettre le tampon ou le cachet quand tout l’acte sera terminé ; mais c’est plutôt l’ensemble de l’acte visant à sauvegarder le résultat. Cette conférence, par exemple, fait partie de la certification puisque je viens de vous dire que le déroulement de l’élection a été positif. C’est une manière implicite de certifier l’élection présidentielle. Cela fait donc partie de l’ensemble de la certification qui sera finalisée après la proclamation du résultat final par les autorités ivoiriennes. C’est donc un acte de continuité pour la sauvegarde des résultats y compris cette conférence elle-même.

David Lewis (Reuters) : {Propos traduit de l’anglais au français} : Avez-vous des garanties de la part des trois candidats majeurs qu’ils respecteraient les résultats des élections depuis que le scrutin se déroule ?

YJ C : J’ai eu de nombreux contacts avant le scrutin d’hier et tous les candidats m’ont donné la garantie qu’ils accepteraient le résultat du scrutin du 31 octobre. Depuis le vote, j’ai eu des contacts y compris ce matin et je n’ai décelé aucun signe qu’ils agiraient autrement que ce qu’ils avaient promis.

Les commentaires sont fermés.