topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

dimanche, 05 septembre 2010

Amadou Gon Coulibaly denonce la radicalisation deGbagbo

 

Amadou-Gon-Coulibaly.jpg
Amadou Gon Coulibaly, Directeur National de Campagne du Dr Alassane Dramane Ouattara a dénoncé, le samedi 04 Septembre 2010, lors du meeting de la rentrée politique de la Direction de campagne d’Abidjan-Sud, la radicalisation du discours du chef de l’Etat Laurent Gbagbo.

Un franc succès ! Le meeting de la rentrée politique de la Direction de campagne d’Abidjan-Sud, le samedi 04 Septembre 2010 à Port-Bouët, a tenu toutes ses promesses.

Les sympathisants et militants du leader des Républicains, Alassane Dramane Ouattara ont afflué en masse des quatre communes d’Abidjan-Sud pour prendre part à cette cérémonie qui redonne le top départ des activités sur le terrain du QG du Directeur de campagne de cette zone, Cissé Ibrahima Bacongo.

 

A cette occasion, la haute Direction du Rassemblement des Républicains (RDR) était représentée par Amadou Gon Coulibaly, Directeur National de campagne d’Alassane Dramane Ouattara. Ce dernier a profité de cette tribune pour voler dans les plumes du chef de l’Etat Laurent Gbagbo. Selon M. Amadou Gon Coulibaly, la radicalisation des discours de Laurent Gbagbo, candidat du Front Populaire Ivoirien (FPI), depuis la fixation par la Commission Electorale Indépendante (CEI) de la date du premier tour de la présidentielle, au dimanche 31 Octobre 2010, ne saurait le sauver du résultat des urnes. Pour lui, après l’échec des tentatives de radiation des militants de l’opposition de la liste électoral provisoire, Laurent Gbagbo veut cette fois-ci, tenter d’empêcher le déroulement des élections en intimidant ses adversaires politiques. «(…) Que Laurent Gbagbo le veuille ou qu’il ne le veuille pas le 31 Octobre, il sera out ! (…) Ces élections ont été arraché. Et Laurent Gbagbo ne peut plus rien», a-t-il déclaré.

Avant de rassurer la population que : « le 31 Octobre, les élections auront belles et bien lieues». Poursuivant son analyse, le DNC d’Ado a tenu à mettre en garde le camp présidentiel. « Nous avons intégré que nous sommes mortels. Mais il faut qu’ils (le camp présidentiel, ndlr) l’intègrent aussi », a-t-il prévenu. Très en verve, le maire de Korhogo s’est attaqué sans complaisances aux 10 ans de gestion de l’actuel locataire du palais présidentiel. Aux regards de la corruption généralisée, du clientélisme, du désordre, de l’impunité et du tribalisme qui ont été érigé en mode de gouvernance sous le soleil de la Refondation, le bilan de Laurent Gbagbo est sans conteste négatif. Aussi, a-t-il soutenu que la Refondation a fait reculer la Côte d’Ivoire de 10 ans.

«Avec la Refondation, nous avons régressé de 10 ans. La Refondation n’a pu apporter à la Côte d’Ivoire que des maux tels que la corruption, le désordre, le clientélisme et le tribalisme », soutient-il. Bilan négatif, selon lui, dont M. Laurent Gbagbo feint de ne pas reconnaître. Toute chose qui lui fait dire que le chef de l’Etat « prend les Ivoiriens pour des amnésiques ».

Après avoir brossé l’état de déliquescence avancé du pays sous Laurent Gbagbo, il a abouti à une conclusion : la Côte d’Ivoire doit être reconstruite. Mais, a-t-il tenu à préciser : « Laurent Gbagbo n’a pas les compétences nécessaires, ni les qualités pour le faire ». Pour lui, ce dernier s’est depuis longtemps disqualifié aux yeux des Ivoiriens. Puisqu’il n’a réalisé aucune des promesses qu’il a tenu. Aussi, s’est-il interrogé, avec une pointe d’humour, si l’habitude de ce dernier à accepter tout de go les doléances des populations peut sérieusement tenir la route face au programme de Gouvernement cohérent et chiffré de son candidat Alassane Dramane Ouattara. Par ailleurs, il a indiqué que la Direction nationale du candidat des Républicains compte organiser le 12 Septembre 2010, un séminaire qui lui permettra de booster la campagne de son leader. Pour terminer, il a invité les populations à vulgariser le programme de son candidat.

Avant son intervention, Cissé Ibrahima Bacongo, Directeur de campagne d’Abidjan-Sud a précisé le contexte de ce meeting. Pour lui, cette rentrée politique répond au souci de reprendre la précampagne là où la double dissolution du Gouvernement et de la CEI par Laurent Gbagbo, en Février dernier, a freiné l’élan.

Aka Maxime, Directeur Départemental de campagne de Port-Bouët d’Ado a, quant à lui, indiqué aux sympathisants et militants de son candidat qu’ils ont effectué le choix de la raison. « Vous avez fait le bon choix. C’est le choix de la raison. C’est le choix qu’il faut à la Côte d’Ivoire pour le changement. Car seul le Dr Alassane Dramane Ouattara constitue le changement », a-t-il soutenu.

A sa suite, Dogni Richard dit le Général Lokoko, ancien Fesciste, Loukou Jeannot, président de l’Union des Elèves et Etudiants de Marcory (UEEM) et Boué Ange, ancien secrétaire général de section FPI de Marcory ont, à leur tour, fustigé le bilan du pouvoir FPI. Pour ces jeunes, le véritable ennemi de la Côte d’Ivoire se nomme Laurent Gbagbo. Aussi, ont-ils appelé de tout leur vœu l’accession du candidat des Républicains, Alassane Dramane Ouattara à la magistrature suprême le soir du 31 Octobre 2010.

Service de Communication de la Direction de Campagne d’Abidjan-Sud

Les commentaires sont fermés.