topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

vendredi, 25 juin 2010

Ado au CHU de Treichville!

ADO-patronat.jpg
ADO au personnel soignant du CHU de Treichville: "Bravo pour ces miracles que vous faites dans ces conditions !"

Bien qu’élaboré, le programme de gouvernement du candidat Alassane Ouattara, ne manque pas d’être retouché par endroits. Ce qui passe par le contact avec le terrain, lequel permet de faire un bon dosage entre les données officielles et les réalités souvent laides qu’on cache au grand public.

Hier, malgré la forte pluie qui s’est abattue sur Abidjan, Alassane Ouattara n’a pas hésité à honorer un engagement pris avec le personnel du Centre hospitalier universitaire de Treichville, notamment, les services de Pédiatrie, de Gynécologie et d’Obstétrique, communément appelé Maternité.


Un rendez-vous prévu pour 11h, mais que le personnel de ces services, sous la supervision du directeur général de la Santé, le Pr Simplice Anongba, assisté de M. Ezaley Niamkey, directeur du CHU, ont très tôt, dès 10h, investi afin de préparer l’événement.

Dans l’assistance composée en grand nombre de militants du RDR de la zone Abidjan sud, on pouvait reconnaître les professeurs Saracino Taglianté et Sega Sangaré. Des présences qui, avant l’arrivée du président du RDR, n’avaient pourtant pas permis de dissiper les incertitudes sur son arrivée. Au fur et à mesure que les minutes s’égrenaient, on sentait ce beau monde piaffer d’impatience et l’inquiétude se lisait sur les visages. On en était à ces moments d’incertitude, lorsqu’à 11 h 12mn, le véhicule de commandement du chef des Républicains arrive.

Trois minutes plus tard, Alassane Ouattara, vêtu d’une saharienne de couleur grise en sort avec à ses côtés, son directeur de campagne pour le district d’Abidjan, le ministre Amon Tanoh. «Il est arrivé!», crient en chœur les militants, soulagés de cette apparition.

L’accueil pour être des plus sobres n’en était pas moins empreint d’émotion. ADO échange des poignées de mains avec les professeurs Anongba, Ezaley, ainsi que le chef de service pédiatrie, Pr Andoh. S’en suivent des accolades avec le reste du personnel et des amis du président du RDR présents dans la foule. Les civilités faites, ADO et ses hôtes regagnent la salle de conférence du service pédiatrie pour sacrifier au traditionnel échange de nouvelles. «Le ministère de la Santé est honoré de votre présence ici malgré cette forte pluie», a expliqué, le Pr Anongba. «Nous ne sommes pas surpris de votre choix, parce que la bonne santé est un indicateur qui permet d’amorcer le développement durable», a-t-il justifié.

«Cette visite s’inscrit dans la volonté toujours manifestée du président du RDR de s’imprégner des réalités du terrain», a expliqué le ministre Amon Tanoh, qui faisait office de porte-parole. Le chef de service a, quant à lui, présenté un département qui, malgré l’apparence, n’est pas à son mieux. «Nous avons un déficit d’équipement et de personnel. Il nous manque par exemple, des aspirateurs, des masques à oxygène.

L’archivage des dossiers se fait de façon manuelle», a déploré le professeur Andoh. «Pour nous, il faut rester coller aux préoccupations des populations malgré l’environnement politique actuel», a dit pour sa part, ADO. Il s’agit également pour lui, de mieux toucher du doigt la réalité de la situation dans les CHU et dans l’ensemble des formations sanitaires du pays. Le candidat ADO, ne s’est donc pas arrêté à la phase protocolaire. Aussi, a-t-il décidé de descendre dans l’arène par une visite guidée des locaux.

ADO échange avec les malades

Sous la conduite de ses hôtes, et vêtu d’une blouse verte, ADO et sa délégation ont donc entamé leur visite par les urgences avant de se rendre successivement en salle d’hospitalisation, de consultation et de nutrition. Dans cette dernière salle, les tout petits, qui ont tenu à marquer leur reconnaissance à leur visiteur, lui ont dit à l’unisson Akwaba.

Deux de leurs génitrices, Maman Esmel et Soumahoro ont eu le privilège d’échanger avec ADO. «Président, aidez-nous», ont-elle supplié, sous le regard attristé du président Ouattara. «Tenez bon, ça va aller ! », leur répond ADO sur le ton de la compassion, avant de faire un geste de soulagement.

A peine a-t-il accompli ce geste que le calme qui règne jusque-là est déchiré par les pleurs d’une jeune dame. «Elle vient de perdre son fils», apprend-on. Nouvel élan de sollicitude d’ADO, qui s’approche de la jeune femme et lui exprime ses condoléances. Quelques minutes après, la délégation est accueillie au service gynécologie et obstétrique. Ici, l’accueil est encore plus chaleureux. Des parents de malades n’hésitent pas à scander : « ADO président ! ADO président!». Le Pr Touré Kady, chef de service et son équipe reçoivent ensuite leur hôte à la salle de conférence et fait la présentation de son service.

Un service tout aussi mal loti que le premier. «Il y a des ruptures de stocks, de nombreux cas sociaux et une démotivation du personnel», fait savoir le Pr Touré. ADO, vêtu cette fois-ci d’une blouse, blanche toujours accompagné de sa délégation se rend au service réanimation, en clinique et en salle d’accouchement. Après quoi, toute la délégation et le personnel du CHU font mouvement vers la salle de conférence du CHU. L’occasion est mise à profit par le Pr Ezaly pour présenter sa structure. Un service qui est confrontée à d’énormes problèmes. «Nous savons ce qu’il faut faire pour résoudre nos problèmes, mais nous n’avons pas ce qu’il faut pour le faire», déplore le directeur du CHU. «Bravo, je constate que dans ces conditions vous faites des miracles!», renchérit le président du RDR pour souligner le dévouement des médecins et du personnel.

Et de faire remarquer que la situation, telle que décrite interpelle l’ensemble des citoyens, d’autant qu’elle découle, de son point de vue, de l’état général du pays. Pour lui, il faut accélérer le processus de sortie de crise pour aller vite aux élections. «Dans mon programme, j’envisage une couverture médicale pour l’ensemble des populations afin de leur permettre d’avoir accès aux premiers soins gratuitement», a expliqué ADO. Avant de prendre congé de ses hôtes, il a offert la somme de 2 millions pour l’ensemble des deux services. « Nous allons gérer cet argent en toute transparence», a rassuré le directeur du CHU.

Thiery Latt


ADO: «La santé fait partie de nos priorités.»

Avant de prendre congé du personnel du CHU de Treichville, ADO a fait le point de sa visite avec la presse.


«Nous venons effectivement d’achever la visite des services de pédiatrie et de la maternité du CHU de Treichville. J’ai pensé qu’au moment où le pays traverse une très grande difficulté, il est important de donner un signal à nos concitoyens pour leur dire que leurs problèmes quotidiens nous interpellent et que c’est cela le plus important. Cette visite a d’abord pour objectif, de leur faire part de notre sympathie et de toute notre compassion.

De leur dire de garder espoir. Nous savons que la situation est difficile et qu’il faut transcender les querelles actuelles et du passé pour se dire qu’avec le temps, la Côte d’Ivoire peut se remettre au travail. Et que nous pouvons affronter les difficultés. Ces difficultés sont les réalités quotidiennes des Ivoiriens.

Cette visite est une occasion nouvelle de voir comment les choses ont évolué au CHU de Treichville, que j’ai visité l’année dernière et d’apporter tout notre soutien au corps médical qui fait un travail extraordinaire avec le peu de ressources qu’il a et l’état des équipements dont il dispose. J’en profite pour les féliciter et pour leur dire qu’ils ont tout notre soutien.

Nous voulons aussi leur dire que les investissements importants sont nécessaires dans ce CHU, dans le secteur de la santé en général. Nous, nous avons comme ambition d’en faire une priorité. C’est ce qui est contenu dans mon programme de gouvernement. Ce sera une occasion d’adapter notre programme de gouvernement au fur et à mesure de ces prises de contacts. Je pars avec beaucoup d’émotion, un peu de peine aussi parce que j’ai vu les conditions dans lesquelles se trouvent les malades.

Ils sont souvent 25 dans les salles prévues pour 14 personnes. J’ai aussi vu l’état de certains enfants malades, les difficultés de ceux qui attendent. C’est beaucoup d’émotion, beaucoup d’émotion. Encore une fois, je leur dis de ne pas perdre espoir. Je souhaite que dans quelques semaines, dans quelques mois, nous ayons des élections pour pouvoir nous consacrer aux difficultés de nos compatriotes et à sortir la Côte d’Ivoire des problèmes actuels».

Recueillis par TL

Les commentaires sont fermés.