topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mercredi, 10 mars 2010

Combat:Venace vs Koulibaly,acteII

MAMADOU.jpgIVOIRITÉ…Mamadou Koulibaly relance et recentre le débat face à Venance Konan


BIENHEUREUX VENANCE KONAN ELLE EST À VOUS CETTE CHANSON…


N’en parlez jamais qu’à un sage Car la foule est bien prompte à l’outrage,
Je vais honorer l’être vivant
Qui veut mourir dans le feu ardent.
Dans la fraîcheur des belles nuits
Où tu reçus et donnas la vie,
Te saisit un étrange sentiment
Quand l’Étoile luit au firmament.
Tu veux enfin te libérer
De la noirceur de l’obscurité
Et un désir t’entraîne alors
Vers un hyménée beaucoup plus fort.
Ne ménageant ni peine ni temps,
Fasciné, tu t’élances en volant,
Et recherchant le feu du ciel,
Papillon tu te brûles les ailes.
Et tant que tu ne comprendras rien
Au sens des mots : « Meurs et Deviens »
Tu seras un obscur passager
Sur cette terre enténébrée.
Nostalgie Bienheureuse

Johann Wolfgang Von Goethe (1815)

M. Venance Konan, suite à l’interpellation que j’ai adressée à vos lecteurs, vous avez pris l’initiative de me répondre personnellement. Ma démarche initiale était d’offrir à vos lecteurs une meilleure objectivité et de pointer du doigt le gouffre de subjectivité dont vous faites preuve après vous être égaré sur les terrains mouvants et dangereux de l’ivoirité. Vous avez certes écrit votre repentir mais votre attitude acerbe et votre grande désinvolture semblent démontrer que vous n’avez pas su tirer les conséquences de vos égarements passés et que ce repentir se limite à quelques paroles alibis. J’ai d’ailleurs le sentiment que vous êtes toujours sur la voie de l’égarement car la critique populiste dépourvue de propositions est un exercice qui s’apparente peu au statut d’un intellectuel responsable.

Vous aimez réveiller les haines et attiser les angoisses comme si pour vous, notre vie devait errer entre la peur et la douleur, la jungle et le zoo, la loi du plus fort et la loi du talion. Pour ma part, je crois fermement à l’état de droit, à la société ou verte et j’ai foi en l’homme. Gare aux égarements populistes ! Le dictionnaire Wikipedia décrit ainsi le populisme : « met en accusation les élites ou des petits groupes d’intérêt particulier de la société. Parce qu’ils détiennent un pouvoir, le populisme leur attribue la responsabilité des maux de la société : ces groupes chercheraient la satisfaction de leurs intérêts propres et trahiraient les intérêts de la plus grande partie de la population. Les populistes proposent donc de retirer l’appareil d’État des mains de ces élites égoïstes, voire criminelles, pour le « mettre au service du peuple ». Afin de remédier à cette situation, le leader populiste propose des solutions qui appellent au bon sens populaire et à la simplicité, mais ignore complètement les réalités de la décision politique (notamment le fait qu’elles doivent être inscrites dans un agenda, qu’elles doivent tenir compte des avis parfois contradictoires de la société civile), comme la complexité des situations décrites. Ces solutions sont présentées comme applicables tout de suite et émanant d’une opinion publique présentée comme monolithique. Les populistes critiquent généralement les milieux d’argent ou une minorité quelconque (ethnique, politique, administrative etc.), censés avoir accaparé le pouvoir ; ils leur opposent une majorité, qu’ils prétendent représenter. S’ils accèdent au pouvoir, il peut leur arriver de supprimer les formes traditionnelles de la démocratie, au profit d’institutions autoritaires, présentées comme servant plus authentiquement « le peuple ». Des comportements populistes peuvent affecter toutes les activités de la société, cela amène des organismes, des institutions ou des associations à favoriser des positions réputées « populaires ». Elles peuvent montrer paradoxalement un certain mépris pour le peuple, le vulgu latin, pensé comme la populace, la foule, les masses, le troupeau Ceci est particulièrement notable en publicité où « le peuple » est mis en scène, souvent sous la forme de personnages ignorants ou idiots. »
LES DÉGÂTS DONT VOUS ÊTES COMPTABLE

 
La méthode populiste fait ainsi appel au bon sens populaire et au simplisme, ignorant la complexité des situations décrites. Ainsi, pour exemple, vous soutenez que : L’eau et l’électricité sont coupées dans les zones rebelles, personne n’en parle. On a tué de pauvres marcheurs en mars 2004, personne n’en parle. On a bombardé Bouaké et tué des blancs et des noirs aussi, personne n’en parle. L’opposition au président Gbagbo est trop molle, faiblarde, nulle même. Les étrangers s’accaparent notre économie, cela ne nous dit rien tout ce qui nous intéresse, c’est vouloir gérer l’Etat ; le reste nous importe peu. Mélange de genres, mélange d’époques, mélange « d’agresseurs », mélange d’émotions, mélange de victimes. Tout est amalgame. Prémisses vraies mais conclusions stériles. Hypothèses confuses et déductions légères. Mais, avez-vous idée des conséquences de vos thèses sur le tissu social et l’esprit de cohésion nationale ? Derrière votre apparente satire sociale, c’est-à-dire votre « représentation critique et comique de nos défauts, de nos vices, de nos mensonges, observés dans la réalité sur le plan moral, politique, social », vos analyses souffrent de nombreux biais que vous ne pouvez ignorer et qui, je l’espère, n’échappent pas à vos lecteurs qui devraient retenir l’avertissement de Paul Valery selon lequel : « Le mélange du vrai et du faux est plus faux que le faux ». Hier, vos écrits ont animé des hantises et des haines, des peurs et des frayeurs qui ont contribué à donner des alibis à ceux qui ont pris les armes et organisé une rébellion contre l’Etat de Côte d’Ivoire. Les conséquences pour le pays demeurent et vous semblez aujourd’hui vous en laver les mains préférant rejeter les fautes sur d’autres. Comme c’est facile ! Les propagandistes du fascisme sont aujourd’hui encore poursuivis dans le monde, au même titre que ceux du génocide rwandais dit « des mille collines » ainsi que ceux de l’ex-Yougoslavie. Un simple repentir jeté à la face du lecteur ne saurait effacer vos actes accablants. La méthode du pyromane pompier est peu convaincante car certains crimes sont imprescriptibles. Ainsi, je suis étonné de votre propension à traiter avec légèreté vos égarements passés. D’un revers rapide vous écrivez votre repentir et vous vous précipitez dans la critique sarcastique, occultant totalement le fait que les souffrances d’aujourd’hui aient pu prendre racine dans un passé récent à travers l’idéologie restrictive que vous avez soutenue et promue.

A quand l’ouverture des portes de votre prison de haine ? Soulignons que la propagande autour de l’ivoirité était telle, au moment où le président Bédié partait du pouvoir, que le concept n’était plus perçu comme l’idéologie d’une partie du PDCI, votre parti, mais comme le projet de société du peuple de Côte d’Ivoire tout entier. De nombreux ivoiriens étaient devenus ivoiritaires et plusieurs refondateurs sont, semble-il, devenus eux-aussi des gourous de l’ivoirité grâce à vous et à vos amis. Vous avez fait des émules qui continuent de vous rendre hommage alors que vous prétendez avoir tourné casaque. Combien sont-ils aujourd’hui ceux qui au FPI, au RDR et ailleurs cherchent à vous égaler voire à vous surpasser ? Vous n’auriez donc aucune responsabilité dans le blocage actuel du pays dites-vous ? Un peu d’humilité eut été de rigueur si vous aviez une certaine honnêteté intellectuelle et une vision globale dans l’analyse. Certes, vous reconnaissez avoir contribué au saccage du climat social, mais que faites-vous aujourd’hui pour réparer cela à part mettre les dégâts en pertes et profits collectifs ? Votre relativisme moral est inacceptable. Votre relativisme culturel est insupportable. Votre relativisme politique n’est pas défendable. Vous aimez vous présenter en fédérateur des déçus, certes fédérez-les, mais en tant qu’intellectuel, ouvrez-leur des horizons. Faites des propositions pertinentes pour fédérer non des déceptions mais des espoirs. Mais quelle est donc la place de l’écrivain et du journaliste à coté des actions et des réflexions « politiciennes » que vous menez ? Ne resterez-vous pas dans notre histoire l’apologiste de l’ivoirité ? Vous serez sans doute autre chose après vos différentes mutations, mais vous ne cesserez jamais d’être l’écrivain qui, dans sa génération, aura fourni le plus d’apologues incitant à la division des ivoiriens. Lorsque vous vous interrogez sur les raisons qui me poussent à ne pas démissionner du FPI,ce parti qui, selon vos dires, serait responsable de tous les maux de notre société, je vous réponds qu’à l’inverse je n’ai jamais compris pourquoi vous tentez, avec tant d’énergie, de dissimuler votre engagement partisan au sein du PDCI bédiéiste. Pourquoi ce masque de chroniqueur pour défendre votre parti politique ? De quoi avez-vous donc peur alors que, grâce à vos écrits, tout semble désormais permis ? Pourquoi tenter de réécrire l’histoire alors que les témoins sont vivants ? Pourquoi rechercher, par de vaines accusations, des responsables sinon des coupables là où aucun révisionnisme n’est désormais possible ?
MERCI DE VOUS INQUIÉTER POUR MOI, MAIS TOUT VA BIEN

 
En ce qui me concerne, je n’aime pas les attitudes masquées et préfère vivre ouvertement mon engagement, tout en restant objectif et en osant critiquer les dérives de mon propre groupe si nécessaire. L’engagement n’est pas forcément synonyme de comportement moutonnier que je ne confonds d’ailleurs pas avec la discipline du parti. C’est pour cela que je continue à réfléchir et à publier régulièrement des réflexions personnelles tout en militant au sein du FPI. Je me considérais comme un intellectuel avant d’entrer en politique. Je crois que je le demeure. J’estime que lorsque l’intellect se met au service de la politique c’est pour élever le débat démocratique et contribuer à la sortie de la société magique, de l’obscurantisme. Pour moi la politique ne signifie ni terrorisme intellectuel ni barbarie de la pensée unique. Faire de la politique n’est pas une bataille pour des postes de gouvernement, c’est contribuer au bien-être de la population par un plaidoyer en faveur de la liberté de parole et de pensée. Ni anarchiste, ni mercenaire, mais responsable des idées produites et de leurs conséquences directes. Ma conception de la politique et de l’action publique pour améliorer la condition humaine est qu’il faut être avec et parmi les hommes. Certes, je côtoie au sein de mon parti des hommes qui ont défendu et qui continuent, hélas, à défendre comme vous, les idées ivoiritaires. Sachant qu’ils m’écoutent encore, demeurer au sein du FPI est le meilleur moyen pour moi de partager ma foi en l’homme, mes croyances en la tolérance et ma confiance en l’avenir, de prévenir les conflits et de tenter d’inscrire de toutes mes forces mes idées dans cette période tortueuse de notre histoire pour nous éviter, autant que faire se peut, le chaos, la peur et le désespoir que vous et vos amis ne cessez de distiller par jeu dans les esprits. Démissionner et se tenir loin de la lutte sous prétexte que l’on n’est pas écouté et suivi par ses camarades du parti, au moment où ce qui se joue dépasse les partis et les destinées individuelles, est le propre de politiciens irresponsables. Je me suis battu pour les droits et les libertés individuelles avant d’être militant du FPI. Refondateur je le suis. Mon combat pour la dignité des peuples et pour la fin du pacte colonial continue dans ce parti. Je poursuis ma croisade contre tout ce qui peut être un frein à la consolidation de la Nation, de la République et de la Démocratie que nous voulons construire. Je consacre toute mon énergie à la recherche des libertés à conquérir pour chaque africain. Responsable politique ou pas, c’est une conviction qu’aucune de mes ambitions ne peut atteindre ou annihiler. Et c’est ainsi que je donne un sens à ma vie. Telle est ma quête.
POUR LA CÔTE D’IVOIRE PAR CONTRE ÇA NE S’ARRANGE PAS

 
Lorsque je vous questionne au sujet de la Côte d’Ivoire ne me parlez pas de ma carrière politique car elle importe peu par rapport à ce qui se joue. Je ne suis pas entré en politique pour devenir quelqu’un. J’y suis parce que j’ai des convictions à faire partager. Les hommes et les femmes qui les acceptent, m’obligent. Ceux qui n’y adhèrent pas ne font que raffermir ma détermination. Vous par-lez également du bilan des refondateurs. Que sont les refondateurs à vos yeux M.Konan ? Si c’est le groupe actuellement au pouvoir, rappelons qu’il a été constitué consécutivement à l’accord de Marcoussis dont Bédié est signataire. Lepouvoir a alors été distribué, tel des parts de gâteau, aux différentes forces politiques, légalement constituées ou pas. Dans ce contexte, le programme de la refondation a fait place à la politique de la médiocrité et à la rebfondation qui ont entretenu des querelles meurtrières. Le but ultime étant de ne surtout pas faire de vague et de partager les postes à responsabilité au sein d’un Etat qui, jour après jour, n’a cessé de devenir faible et exsangue. Vos amis du PDCI sont également au pouvoir et partagent donc les responsabilités dans les échecs comme dans les réussites. Vos amis acceptent de mourir pour cet Etat qui ne tient plus tête et qui est incapable d’assurer ses responsabilités. Pourquoi, le docteur en droit que vous êtes ne sort pas des généralités pour parfaire son acte d’accusation ? Pourquoi ne faites-vous pas une évaluation des responsabilités de chaque signataire de Marcoussis, ministère par ministère avant de situer les culpabilités et de prononcer vos sentences ? Votre méthode réductrice est analytiquement pauvre. Vous vous contentez de lieux communs et de stéréotypes. Pour un écrivain-journaliste, nous ressasser les discussions de la vulgate populiste n’avance en rien le débat d’idées. Bien au contraire, ces attitudes nous font descendre dans les poubelles de la connaissance. Au lieu de crier « les refondateurs sont nuls », « sacrés refondateurs » « pauvre Mamadou » ou encore « les Ivoiriens sont des moutons », vous pourriez exprimer clairement vos reproches à la refondation en tant que programme politique et vision du monde. Quels points contestez-vous et pourquoi ? Que proposez-vous ? Il est temps d’élever le débat. Pourquoi vous enfermez-vous dans la critique improductive ? Hier vous militiez pour que les étrangers soient jetés à la porte de la côte d’Ivoire. Hier vous proclamiez que Bédié et l’ivoirité étaient ce qu’il y avait de mieux pour la Côte d’ivoire. Hier vous défendiez l’idée queGbagbo et Ado étaient les pires fléaux du pays. Aujourd’hui les amitiés de façade entre Ado et Bédié vous font dire que vous vous êtes trompés et que la seule calamité de la Côte d’Ivoire se nomme Gbagbo Laurent. Aujourd’hui vous dites ne plus en vouloir aux étrangers mais vous reprochez quand même aux ivoiriens leur apathie face au contrôle de leur économie laissée aux mains d’intrus venus de France, du Liban, de Chine, du Mali ou du Burkina et des autres pays voisins, dans le but de corrompre nos hommes, nos femmes, nos institutions et nos valeurs. N’est ce pas ce que l’on a appelé à une autre époque de notre histoire « le changement dans la continuité » ? Et vous nous le dites si bien : « Je sais camarade, qu’il n’est pas facile de reconnaître qu’on s’est trompé. Mais le reconnaître n’est pas se renier ». Chapeau mon bienheureux ! En vérité vous n’avez pas changé seul le vent qui vous pousse a changé de sens.

LES CONDITIONS INITIALES NE SONT PAS NEUTRES

 
Nous avons soif de découvrir les voies de progrès que vous proposez pour la Côte d’Ivoire. Si ces voies sont à la hauteur de la hargne de vos critiques, le débat s’annonce passionnant. Ce que j’essayais d’expliquer à vos lecteurs était que, tous ensemble, nous devons, maintenant, après ces deux décennies piteuses et ruineuses, comprendre qu’appliquer les mauvaises politiques aux mauvais moments est le meilleur moyen de produire la désolation et les horreurs. Gbagbo est le point d’achèvement d’une lignée partie de Houphouët à Bédié puis passée à Gueï. Il ne peut donc être comptable que de sa part, ni plus ni moins, au même titre que ses prédécesseurs N’oubliez pas que les conditions initiales jouent un rôle essentiel dans la trajectoire des nations. Alors mon bien-
heureux Venance, si nous arrêtions, dans nos pratiques politiciennes de haïr lesjoueurs pour concentrer notre énergie sur le jeu lui-même ?

Mamadou KOULIBALY,
3ème vice-président du FPI

Le Journal de Connectionivoirienne.net Avec (L’Intelligent d’Abidjan)

Les commentaires sont fermés.