topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

lundi, 22 février 2010

Abidjan/Repressions sauvage et protestations continuent

A Abobo, quartier populaire du nord d'Abidjan, deux policiers ont été "blessés par balles" par "des individus non identifiés", a déclaré un responsable de la police à la télévision publique. Un membre du personnel médical a affirmé avoir vu un civil étendu sur le sol et "très mal en point" puis pris en charge par une ambulance.


 Des échauffourées ont dans la matinée opposé aux forces de l'ordre des jeunes qui avaient érigé des barricades, incendié des pneus et jeté des pierres sur la police. Un responsable local d'opposition a assuré qu'il n'y avait pas eu de "mot d'ordre" et évoqué un "mouvement populaire".

Deux policiers ont été "blessés par balles" aujourd'hui lors de violences à Abidjan, a affirmé la police ivoirienne, tandis que de nouveaux incidents, visant notamment le camp de Laurent Gbagbo, ont eu lieu à l'occasion de manifestations organisées contre le chef de l'Etat.


A Katiola (centre), des jeunes ont "saccagé" le domicile du porte-parole du chef de l'Etat, Gervais Coulibaly, "tenté de brûler" le siège local du Front populaire ivoirien (FPI, parti présidentiel) et un hôtel de la ville, a indiqué à l'AFP Martin Yao Touré, directeur local de campagne du candidat Gbagbo. Des éléments de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), mouvement qui contrôle le nord du pays depuis le coup d'Etat manqué de 2002, ont pu empêcher les incendies, ont rapporté des témoins.

Le porte-parole de Laurent Gbagbo a dénoncé "un groupe de voyous" qui "s'en prennent aux biens des personnes proches du président de la République".
Wamien Coulibaly, responsable local d'opposition, a accusé "des jeunes incontrôlés qui ont infiltré les manifestants". A Daloa (centre-ouest), des militants d'opposition ont été dispersés par les forces de l'ordre à l'aide de gaz lacrymogènes, selon des témoins.

Les commentaires sont fermés.