topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mercredi, 20 janvier 2010

Le RJDP rencontre le Facilitateur

kara.jpgAprès l’audience du RJDP avec le Représentant du Facilitateur/ Karamoko Yayoro (Président en exercice) : “Nous voulons remettre la démocratie en marche”


Les jeunes houphouétistes, réunis au sein du Rassemblement des jeunes houphouetistes pour la démocratie et la paix (RJDP), veulent mettre toutes les chances de leur côté avant la grande marche sur la RTI, le 26 janvier prochain. Après avoir informé avant-hier le ministère de tutelle, ils ont rencontré hier, le Représentant du Facilitateur, Boureima Badini. Durant un peu plus d’une heure, les deux parties ont échangé. A leur sortie d’audience, le président en exercice du RJDP, Karamoko Yayoro, premier responsable du RJR a fait le point à la presse.

Vous sortez d’une audience avec le Représentant du Facilitateur, de quoi avez-vous parlé?
Nous étions en audience avec le Représentant du Facilitateur pour, justement, lui annoncer que le mardi 26 janvier prochain, nous avons une marche suivie donc d’un sit-in devant la RTI. Nous avons aussi échangé sur la situation socio-politique, sinon la situation de la CEI, l’implication des Forces de défense et de sécurité, surtout du CeCOS dans le contentieux électoral. Nous avons échangé utilement et à son niveau, il a donc pris note de notre volonté de faire en sorte qu’aujourd’hui, tous les Ivoiriens puissent s’exprimer à la Télévision ivoirienne. Et que le contentieux se déroule sans heurt. Nous allons nous retirer et continuer donc à travailler, à mobiliser pour que le 26 janvier soit une grande journée et le début de remise en marche de la démocratie.

Et qu’est ce qu’il vous a dit au sujet de la marche?
Mais en tant que Représentant du Facilitateur, il a demandé que nous puissions calmer le jeu. Nous lui avons dit que c’est une marche pacifique et qu’il n’y aura donc pas de heurt. Et nous continuons à travailler dans le sens de l’apaisement, parce que quand il y a le feu, il faut aussi y mettre le feu, pour que l’avancée s’arrête. Donc pour nous, il est important que cette marche ait lieu. Et nous demandons donc à l’ensemble des Ivoiriens, que tous ceux qui sont épris de démocratie, de paix, de cohésion nationale de se mobiliser et de continuer de le faire, dans toutes les villes, les communes et quartiers, afin que le 26 janvier, nous fassions une démonstration de force pour montrer à l’ensemble des Ivoiriens que nous sommes fatigués de la situation présente et qu’il faut le changement positif pour la Côte d’Ivoire.

Et au sujet de la date des élections?
Nous avons insisté pour que nous ayons la liste électorale définitive et le Représentant du Facilitateur nous a réitéré sa volonté de travailler pour que les élections se tiennent au mois de Mars. Nous l’en avons remercié, mais nous avons insisté que la liste électorale voie le jour, parce que c’est à partir de là, que le jeu sera plus visible et que les délais pourraient être mieux tenus.

Les Jeunes patriotes annoncent qu’ils vous feront barrage si vous marchez. Qu’est ce que vous en dites?
Les Jeunes patriotes, ne sont pas des Forces de défense et de sécurité. Nous, nous faisons une marche. Nous attendons que les autres fassent leur marche. Ils veulent faire barrage à quoi? Personne ne peut nous faire barrage, en tout cas, pas des citoyens ivoiriens. Nous ne souhaitons pas que quelqu’un nous fasse barrage, sinon c’est lui qui sera écrasé sur notre passage.

L’Administration est-elle informée de cette marche du 26 janvier?
Quelle Administration? Nous avons été hier (NDLR Lundi) au ministère de l’Intérieur pour déposer la demande. Ampliation a été faite au Représentant du Facilitateur, au Représentant de l’Onu, au Premier ministre, et je pense que tout est fait. Cette marche sera dans les règles de l’art. Nous ne souhaitons pas qu’un citoyen puisse se perdre sur cette route. Nous lançons un appel à tous les Ivoiriens, tous ceux qui aiment la démocratie, tous ceux qui se disent démocrates, il faut qu’ils soient à la marche pour que nous puissions enclencher la démocratisation de notre pays. Mais nous ne souhaitons pas que des petits apprentis sorciers adeptes de la dictature et autres régimes liberticides puissent venir nous faire barrage. Nous ne le souhaitons pas. Et je suis sûr que c’est juste de la propagande et de la rumeur.

Que dit le Représentant du Facilitateur sur l’éventuelle fraude de la CEI?
Je crois qu’il faut le lui demander. Mais il nous a dit que c’est une question qui est gérée. Pour nous, le FPI fait de la propagande. Et je crois que tout le monde a compris et eux-mêmes, ils sont en train de comprendre qu’il ne faudrait pas continuer. A ce qu’on sache, Affi N’Guessan s’est dédit. C’est juste pour discréditer et caporaliser la CEI.

Propos recueillis par Yves-M. ABIET

Les commentaires sont fermés.