topblog Ivoire blogs

samedi, 05 décembre 2009

La Guinée suspendue à l'état de santé de Dadis Camara

La Guinée suspendue à l'état de santé du chef de la junte Dadis Camara

CONAKRY — La Guinée était suspendue samedi à l'état de santé du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, hospitalisé au Maroc après avoir été sérieusement blessé à la tête par son aide de camp jeudi au cours d'une tentative d'assassinat à Conakry.daddis.jpg

Il a été opéré et est désormais "hors de danger", a affirmé samedi à l'AFP son porte-parole Idrissa Chérif, sans toutefois apaiser entièrement les inquiétudes à son sujet.


 

Dans le même temps, l'aide de camp, le lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba, a assuré samedi être "libre" et en "lieu sûr en Guinée", en attendant "de voir l'évolution des choses".toumga.jpg

Evacué vendredi matin au Maroc, le chef de la junte "se porte très bien. Nous avons échangé avec lui au téléphone, il n'y a pas de problème. Son état de santé est stable", a assuré son porte-parole, joint par téléphone depuis Dakar.

"Il a eu une intervention, sa vie est hors de danger. Ce n'était pas pas une grosse opération, mais une petite intervention", a-t-il assuré. "Il parle, il est conscient", a-t-il poursuivi, tout en admettant que le chef des putschistes avait "été blessé à la tête".

"Il rentrera dès que possible pour assumer ses charges", a poursuivi le porte-parole, sans toutefois fixer de date.

Le président burkinabè Blaise Compaoré et médiateur dans la crise guinéenne avait indiqué vendredi que le chef de la junte était "dans une situation qui est difficile certes mais qui n'est pas désespérée".

Selon le porte-parole du chef de la junte, "le Conseil national pour le démocratie et le développement (junte) et le gouvernement assurent l'intérim, le ministre de la Défense est le coordinateur". "Il n'y a pas à s'inquiéter", a-t-il insisté.

Vendredi soir, le ministre de la Défense et numéro trois de la junte, le général Sékouba Konaté, est rentré à Conakry après une visite au Liban, devenant le plus haut membre de la junte présent à Conakry.

Le numéro deux de la junte, le général Mamadouba "Toto" Camara, est en effet également soigné au Maroc depuis plusieurs jours.

Ancien commandant du Bataillon autonome des troupes aéroportées (BATA), l'unité d'élite de l'armée guinéenne, le général Konaté a été l'un des acteurs majeurs de la prise du pouvoir par l'armée le 23 décembre 2008 au lendemain de la mort du "président-général" Lansana Conté.

"C'est lui le numéro 2 de fait, il est rentré et tout le commandement était à l'aéroport pour son accueil. Il est pour le départ de Toumba (accusé d'être le responsable du massacre d'opposants le 28 septembre), il voulait arrêter Toumba, c'est l'homme fort" du régime", a indiqué un observateur étranger.

Samedi, des véhicules de gendarmerie surmontés de mitraillettes et de canons patrouillaient dans le centre de Conakry. Les marchés étaient ouverts le matin avant de fermer en début d'après-midi mais les écoles privées sont restées fermées pour la deuxième journée consécutive.

La circulation a repris normalement dans le centre de Conakry où des embouteillages étaient visibles.

"Chacun cherche à faire des provisions, c'est pourquoi il y a tout ce monde dehors, sinon le calme est précaire", a précisé Mme Fatou Bintou cadre de banque.

L'aide de camp, Toumba Diakité, qui a tiré sur le chef de la junte, a indiqué, lors d'un contact téléphonique avec l'AFP à Dakar: "Je suis en lieu sûr. On attend de voir l'évolution des choses. J'ai une bonne partie des hommes avec moi",.

"Je suis en Guinée, je suis libre de mes mouvements", a assuré le lieutenant Diakité.

Sur sa tentative d'assassinat du chef de la junte, il a lancé: "je préfère ne pas parler de ça. On attend de voir clair, ensuite on fera les déclarations qu'il faudra".

Les commentaires sont fermés.