topblog Ivoire blogs

dimanche, 29 novembre 2009

Doubé Binty démonte SOFRES

Présidentielle en Côte d’Ivoire : Doubé Binty démonte les sondages de SOFRES

“Présidentielle en Côte-d'Ivoire : dernier sondage Sofres Gbagbo écrase ses adversaires. “Duel épique entre Bédié et Ouattara, les cibles favorables aux trois candidats".


Tel est le titre à la Une que nous avons lu dans un journal de la place en date du 24 novembre 2009.
Ainsi, de façon non équivoque, les sondages commandés et commandités par la présidence de la République quant aux chances des différents candidats pour la victoire à la prochaine présidentielle donnent invariablement l'actuel locataire par effraction du palais présidentiel vainqueur sans bavure face à tous les autres candidats et notamment face à Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara.



Avec le résultat de ces trois sondages, il est à se demander pourquoi on se rendrait aux urnes tant la victoire de Monsieur Gbagbo parait certaine et surtout pourquoi le même Gbagbo met si peu d'entrain à aller récupérer sa victoire à travers des élections gagnées d'avance.
Mystère et boule de gomme !
Dans tous les pays démocratiques, lorsqu'un leader au pouvoir dont le mandat arrive à son terme constate, à travers les sondages que sa popularité est au zénith, il se dépêche d'organiser des élections anticipées pour proroger ce mandat et poursuivre son action à la tête du pays.
Curieusement en Côte d'Ivoire, celui qui s'est auto-proclamé enfant ou fils des élections, le démocrate achevé parmi tous les hommes politiques passés, présents et à venir est celui-là, qui nonobstant sa popularité sans égal en raison des grandes réalisations qu'il a faites pour le pays et des immenses actions sociales qu'il a menées au profit des populations, avance à reculons vers les élections dont il se proclame déjà vainqueur pourtant…à travers notamment les enquêtes d'opinion qu'il commande à tour de bras comme s'il doutait de cette victoire inéluctable !


L'enquête Tns Sofres nous fait découvrir que l'ancien président de la République jouit d'une cote de popularité confortable auprès des électeurs abidjanais et plus particulièrement auprès des jeunes, des employés et des électeurs "de confession chrétienne ou animiste !"
Rien d'étonnant à cela car il est de notoriété :
-Que les Abidjanais ont été particulièrement gâtés par le pouvoir Fpi et sa refondation.
On peut ainsi relever que les hôpitaux abidjanais, plus que les autres sont des super mouroirs !
On peut également noter que pour permettre à ces braves Abidjanais de jouir d'un repos bien….immérité et injustifié, des dizaines de milliers d'emplois ont été détruits par les gueux de patriotes et les milices du Fpi.
On ne saurait passer sous silence la démoustication d'Abidjan opérée avec les déchets toxiques du Probo Koala qui ont fait des dizaines de morts et des centaines de milliers d'intoxiqués qui meurent à petit feu par manque de soin et spoliés par la cupidité et la voracité des refondateurs, des 100 milliards négociés dans des conditions douteuses par le refondateur en chef !
Comment pourrait-on ne pas mettre en exergue les routes défoncées qui permettent aux Abidjanais de s'adonner au rallye et au slalom ?
Que dire de ces Abidjanaises sur qui la garde prétorienne de monsieur Gbagbo a ouvert le feu à balles réelles parce qu'elles réclamaient pacifiquement, les mains nues, la baisse des prix des produits de première nécessité et du pain ?
C'est un truisme de dire que l'école a foutu le camp et que les universités et l'ensemble des établissements scolaires sont dans un état de délabrement avancé et que les grèves à répétition en milieu scolaire et universitaire permettent aux enfants de se retrouver au chaud chez leurs parents !
Ainsi gâtés, les Abidjanais, comme un seul homme, ne peuvent que voter Laurent Gbagbo, celui-là qui leur a appris à devenir des masochistes invétérés.
-Que monsieur Gbagbo a toujours fait montre d'un amour fou pour les jeunes ! C'est pourquoi :
Les jeunes, surtout en milieu universitaire avec l'hydre Fesci, sont au-dessus de la loi si bien qu'ils peuvent voler, détruire, piller, violer, tuer sans être inquiétés le moins du monde.
Les cités universitaires sont reparties entre les mandarins de la Fesci qui les louent à des non étudiants 10 fois le prix normal de la chambre !
Les cités universitaires sont également devenues des souks ceinturées qu'elles sont par des bazars et des débits de boisson.
Les mêmes cités universitaires sont devenues aussi de véritables lupanars ou la prostitution à pignon sur rue !
Des étudiants, sortis de l'université depuis bientôt dix ans sont toujours au chômage.
Cependant, grâce à monsieur Gbagbo et à son régime, nombre d'entre eux sont devenus chauffeurs de wôrô-wôrô, gérants de cabines téléphoniques, vendeurs de garba.
N'est-ce pas là l'auto emploi cher à celui qui leur tend généreusement "son gbo ?".
Les jeunes, tous au chômage, ont du temps libre pour se rendre dans les agoras et les fora pour entendre chanter et proclamer la gloire et les exploits imaginaires de monsieur Gbagbo !
Comment une telle jeunesse pourrait-elle ne pas voter pour ce bienfaiteur qui a tout détruit en eux et tout détruit autour d'eux ?
La Sofres a bien compris que la jeunesse ne peut que soutenir Gbagbo, le seul à même "d'empirer" sa situation.
Nous savions monsieur Gbagbo grand ( ?) très grand ( ?) chrétien. Peut-être se rapproche t-il de la papauté ou de ce qui y ressemble dans la confession qu'il s'est choisie.
Il est donc évident que les chrétiens ( ?), face à cet adorateur zélé de l'Eternel, ne peuvent que voter en masse pour monsieur Gbagbo quand on sait que monsieur Alassane Ouattara est musulman et monsieur Bédié catholique, c'est-à-dire un non chrétien !
Nous ignorions par contre que monsieur Gbagbo était un bossoniste et qu'il confère ainsi régulièrement avec les féticheurs dont il serait un des grands prêtres.
Un sondage vraiment délirant qui introduit pareilles notions dans son enquête !
Nous sommes heureux d'apprendre que dans ses enquêtes d'opinion en France, la Sofres demande aux sondés leur confession religieuse, leur tendance sexuelle avec l'explosion de l'homosexualité, leurs plats préférés…
A moins que pour les sous développés, les sous hommes voire les non êtres que nous sommes, nous, les pauvres nègres perdus, sans intelligence et son âme. Comment peut-on se moquer ou plutôt se foutre de nous à ce point. Paternalisme condescendant et humiliation suprême !
Celui ou ceux qui ont commandé ces sondages en sont-ils vraiment fiers ? Si c'est le cas, nous les plaignons parce qu'ils sont alors pitoyables !
Naturellement, monsieur Bédié et monsieur Ouattara, qui atteignent des pics d'impopularité sont à la traine face au chef d'Etat le plus démocratiquement sanguinaire et le plus populaire en incompétence que la Côte d'Ivoire ait eu.
N'est-ce pas en raison de cette immense popularité :
Que monsieur Gbagbo a fait barrer le boulevard Clozel pour que les Abidjanais qui l'aiment tant ne soient pas tentés d'envahir la présidence par amour pour lui.
Faut-il rappeler que sous le "dictateur et tyran" Houphouët-Boigny il n'y avait aucune barrière pour accéder au palais ?
Faut-il souligner avec insistance que sous Houphouët-Boigny et sous Bédié, le boulevard Clozel était une voie normale pour les automobilistes abidjanais ?
-Que monsieur Gbagbo ne peut se rendre nulle part sans déplacer les chars d'assaut et les hélicoptères de combat ?
-Que monsieur Gbagbo fait bloquer la circulation une à deux heures avant son passage dans une quelconque rue ?
-Que monsieur Gbagbo gêne ceux chez qui il se rend ou dans les lieux où il se rend pour traduire sa compassion ( ?) à cause de ses dispositifs de sécurité ?
C'est sans doute à cause de ces désagréments et frustration qu'il leur cause que les Abidjanais, masochistes et reconnaissants, voteront en masse pour lui.
Puisque par trois fois, Tns Sofres, à travers des enquêtes scientifiques, le donne vainqueur, que monsieur Gbagbo se hâte d'aller aux élections pour "tuer le match".
En réalité, tant Tns Sofres que monsieur Gbagbo et le Fpi nous prennent tous pour des crétins et des imbéciles. D'ailleurs l'introduction de la religion dans pareille enquête est symptomatique à tous égards.
Il est étonnant que les Abidjanais qui ont tant souffert du régime de monsieur Gbagbo à travers le pillage des richesses nationales, les escadrons de la mort, les dérives meurtrières des milices et des va-nu-pieds de patriotes, les massacres des 25, 26, 27 mars 2004, les déchets toxiques, la destruction et le pillage des entreprises, soient ceux-là qui sont des adorateurs fanatiques de monsieur Gbagbo, déterminés à la porter au pouvoir.


Il est ahurissant que les jeunes, qui ont payé un si lourd tribut aux errements du régime de monsieur Gbagbo déjà en octobre 2000 pour qu'il escalade leurs cadavres et s'installe au pouvoir, pendant les évènements de novembre 2004 et toutes les circonstances où ils ont offert leurs poitrines pour sauver ( ?) son régime vermoulu et vacillant.

Ne sont-ce pas les jeunes qui ont servi de clair à canon à Logoualé et M'bahiakro ? Qui utilise-t-on pour les basses besognes sans être récompensés en retour ? Les Jeunes ! Quels sont ceux qui n'apprennent plus rien remplaçant les bics et les livres par des machettes et des fusils ? Les jeunes ! Qui sont ceux qui sont les principales victimes du chômage ? Les jeunes.
Et ce sont ceux-là qui, d'après la Sofres, vont voler au secours de monsieur Gbagbo pour le maintenir au pouvoir ?
Quand la Sofres parle des employés, nous nous demandons lesquels. Ceux dont les revenus ont fondu et se sont réduits comme une peau de chagrin ? Ceux qui, du jour au lendemain, ont perdu leurs emplois en novembre 2004 ?
Ceux qui occupent des emplois précaires et iront bientôt grossir le rang des chômeurs faute d'investisseurs ?
Il n'y a aucun doute, les Ivoiriens sont tous des débiles aux yeux de la Sofres.


Nous savons tous que ces sondages, comme ces partis individus censés soutenir sa candidature de même que ces candidats sus-cités en milieu Akan surtout pour tenter désespérément de fragiliser l'électorat de monsieur Bédié l'adversaire qu'il redoute le plus, ne sont que des manœuvres pour justifier le coup de force que monsieur Gbagbo fera après sa cinglante défaite. Il dira toujours "j'ai gagné comme l'ont prédit trois sondages Sofres, une structure française, j'ai gagné parce que j'étais soutenu par dix partis alors que les autres n'étaient portés que par un seul parti." Il espère ainsi abuser l'opinion internationale parce que l'opinion nationale ne s'en laisse pas conter, elle qui sait que la tricherie est la raison d'être du Fpi et des refondateurs. Les sondages les donnent vainqueurs alors qu'ils tremblent comme des feuilles au vent.

Nous les supplions d'aller à ces élections libres, transparentes, équitables et sans violence. Et si, obéissant à ces règles, ils l'emportent comme l'annoncent leurs sondages, alors tout le monde applaudira et les félicitera. En dehors de ces élections crédibles, toutes les manœuvres ne sont que manipulation, intoxication et volonté manifeste de tricher et de voler ! Et c'est ce que traduit le slogan débile "on gagne ou on gagne".
Doubé Binty

Les commentaires sont fermés.