topblog Ivoire blogs

jeudi, 23 juillet 2009

Des chefs traditionnels de la région du Moyen-Cavally réclament une visite d'ADO

Abidjan, (AIP)- Des chefs traditionnels et leur notabilité de la région du Moyen-Cavally réclament une visite du Dr Alassane Dramane Ouattara, ancien Directeur général adjoint du Fonds monétaire international(FMI) et ancien Premier ministre ivoirien, de 1990 à 1993, sous Félix Houphouet-Boigny, probable candidat à l'élection présidentielle, annoncée pour le 29 novembre prochain, en Côte d'Ivoire.

Confrontée à la grave crise de son histoire depuis son accession à l'indépendance, le 7 août 1960, la benjamine des ex-colonies françaises d'Afrique occidentale devrait tenir, le 29 novembre prochain, son élection présidentielle, à plusieurs reprises, reportée pour des difficultés "techniques", aujourd'hui pratiquement entrées dans l'ordre. Quelque 6,5 millions d'électeurs ivoiriens devront y prendre part.

Pour la première fois, le président Gbagbo, au pouvoir depuis le 26 octobre 2000, dans des conditions qu'il a lui-même qualifiées de "calamiteuses", devrait y affronter les deux poids lourds de son opposition, l'ancien chef de l'Etat, Henri Konan Bédié, destitué, le 24 décembre 1999, à la suite d'un putsch d'une junte militaire, conduite par un ancien chef d'Etat-major des forces armées ivoiriennes, le général Robert Guéi, et l'ancien Premier ministre ivoirien, Alassane Ouattara, écarté lors du dernier scrutin, pour "nationalité douteuse", par la Cour suprême ivoirienne aux ordres de cette même junte militaire.

Ces corps constitués l'ont exprimé à une délégation du Rdr, le Rassemblement des républicains(opposition, libérale et houphouétiste), son parti, lors d'un récent séjour dans la région du Moyen-Cavally, en mission de "solidarité et paix". Cette délégation, conduite par son Secrétaire général adjoint chargé de l'Administration, Marcel Amon-Tanoh, y a échangé avec les populations locales qu'elle a exhortée à la paix et à la réconciliation nationale, en vue de la reconstruction post-crise du pays.

La région du Moyen-Cavally, sous contrôle gouvernemental durant la crise armée déclenchée le 19 septembre 2002, est malgré tout l'une des plus touchées, et siège, près de sept années durant, de violents affrontements ayant impliqué milices et bandes armées et qui ont fait de nombreuses victimes, notamment à Guitrozon et à Petit-Duékoué, en 2005, où des tueries, imputées à ces milices et bandes armées par un rapport circonstancié de l'ONU, ont fait plus de 40 morts.

Cette délégation a sillonné, du 17 au 20 juillet, les départements de Duékoué, Toulépleu, Bloléquin, Guiglo, ainsi que Bangolo, localité proche de la région des Montagnes, alors occupée par l'ex-rébellion. Elle y a notamment adressé sa sympathie à l'endroit des populations pour les souffrances endurées durant cette crise, et appelé à exorçiser à jamais les démons de la division qui l'a engendrée.

Ci-devant ministre ivoirien de la Construction, de l'Urbanisme et de l'Habitat, M. Amon-Tanoh a exhorté à s’engager résolument dans la réconciliation nationale, et à soutenir, sans réserve, le processus de sortie de crise en cours. Depuis lundi, l'ancien Numéro-2 du FMI, de 1994-1999, poursuit son périple préélectoral dans les régions du Moyen-Comoé (centre-Est) et du Zanzan (nord-est du pays), après celui effectué dans les régions du Bas-Sassandra(sud-ouest), des Lacs(centre) et de la Vallée du Bandama(centre-nord). Il en profitera pour y lever, comme ce fut le cas lors des précédents, un pan de voile sur son programme de campagne.

(aip)

 

 

Les commentaires sont fermés.