topblog Ivoire blogs

mercredi, 15 juillet 2009

Grippe A: La fin du foot ?

fans-cruzeiro.jpgTremblez amateurs de football car le virus H1N1 menace ! Alors que la grippe A poursuit son entreprise de démolition et a fièrement glané son statut de première pandémie du XXIe siècle, le football n'est pas à l'abri. Aux quatre coins du globe, les cas plus ou moins avérés de footeux malades fleurissent. Plongée dans un monde apocalyptique et pas si lointain où le football ne sera plus.




Depuis le 11 juillet, la grippe A fait la fête pour célébrer dignement la 100 000e personne contaminée dans le monde. Mélange de grippe humaine, porcine et aviaire, le virus H1N1 a déjà fait plus de 400 victimes à l'échelle planétaire. Ce n'est qu'un début puisque si l'hémisphère sud morfle en ce moment, les conditions hivernales rendant aisées la propagation du virus, le Nord ne sera pas en reste dans quelques mois. En attendant que la situation se corse, le football commence déjà à pâtir de la maladie.

Boudebouz, le pionnier

Ainsi, il ne se passe plus un jour sans qu'une dépêche annonce la contamination d'un footballeur voir d'un pan entier d'équipe. Le vent de panique se lève aussi bien dans l'Hexagone que dans les plus lointaines contrées. Dès le 2 juillet, Ryad Boudebouz s'illustrait, l'espoir sochalien étant infecté après un séjour à Miami. Plus récemment, ce sont quatre joueurs de l'AS Monaco dont l'identité est restée secrète (secret médical oblige)  qui ont fait les choux gras de la presse en étant à leur tour touchés par la maladie. La Ligue 1 peut commencer à frissonner alors que ces cas isolés pourraient rapidement croitre et toucher une population plus large de mecs en short courant derrière une balle.

Cocorico en berne, la France du football n'est pas la seule touchée par la grippe A. En vacances à Chypre, Micah Richards, le défenseur international anglais de Manchester City, a contracté la maladie. "J'ai d'abord cru que c'était une mauvaise infection pulmonaire, ou peut-être à un empoisonnement dû à l'alcool. Je me sentais si faible que je ne pouvais ni bouger ni manger", a raconté Micah Richards à la BBC. Ses jours ne sont pas en danger fort heureusement comme ceux d'Oscar Ustari, le portier argentin de Getafe qui présente des symptômes de la maladie et qui a été placé à l'isolement au pays.

La théorie du chaos

Les cas se multiplient et la grippe A pourrait frapper l'Europe dans les prochains mois comme elle l'a frappé le Mexique, berceau de la maladie. Ce grand pays de football a été paralysé. Entre le report de certains matches, la tenue de rencontres à huis-clos et l'annulation pure et simple de compétitions, la précaution règne. La paranoïa aussi. Engagés en Copa Libertadores, les joueurs des Chivas de Guadalajara ont été traités comme des pestiférés lors d'un déplacement au Chili. Excédé par les plaisanteries adverses de mauvais goût, le défenseur Hector Reynoso a même craqué en fin de partie, toussant et crachant au visage du défenseur chilien Sebastian Penco, le 29 avril dernier. A quelques jours de la finale de la compétition, le club brésilien de Cruzeiro craignait avant d'aller affronter Estudiantes en Argentine, pays placé en état d'urgence médicale où la maladie a déjà fait 60 victimes, exigeant une évaluation complète de la situation avant son voyage.

A ce rythme-là, les huis-clos, jusqu'alors propriété exclusive du Mexique, pourraient s'étendre à tout le continent américain. Mais si les joueurs venaient à souffrir plus sévèrement de la maladie, qu'en serait-t-il du football ? Un sport rangé au rayon des souvenirs ? Pas sûr que vingt-deux types malades dans un stade vide passionnent encore les foules dans dix ans...

Par reminho92150, elbofo.football.fr
le 15/07/2009

Les commentaires sont fermés.