topblog Ivoire blogs

lundi, 13 juillet 2009

NAYANKA BELL la miraculée

NAYANKA BELL  Visite à une miraculée

Les images terribles de l’accident dont Nayanka Bell a été victime le 5 avril dernier sont encore dans toutes les têtes. Les rumeurs les plus folles et les plus fantaisistes ont circulé sur l’état de santé de la chanteuse. Mais jusque-là, aucun journaliste n’avait pu la rencontrer. Nayanka Bell nous a reçu chez elle, la semaine dernière. Récit.


 

Le rendez-vous avec Nayanka Bell avait été pris pour le 20 mai à 15 heures. Quand nous arrivons au pied de l’immeuble qu’elle nous a indiqué (quelque part à la Riviera), Nayanka envoie son fils Sullivan à notre rencontre. Mais avant de prendre les escaliers, malgré la présence du fils de Nayanka, il a fallu montrer pattes blanches au gardien de l’’immeuble. Puis, nous commençons à monter les marches.

Pendant que nous gravissons les marches, les images les plus fortes du terrible accident de Nayanka Bell nous traversent l’esprit à plusieurs reprises. Dans quel état allons-nous retrouver la belle Nayanka? A-t-elle été gravement défigurée ? A-t-elle été amputée d’un ou des deux pieds? Autant de questions inquiétantes qui s’entrechoquent dans notre tête. Nous arrivons enfin. Le fils de Nayanka nous conduit dans un appartement, puis devant une porte. Elle s’ouvre sur une pièce, très vaste et inondée de soleil. Sur un lit, Nayanka Bell, les cheveux coupés en brosse et le sourire toujours aussi éclatant, nous tend les bras pour nous souhaiter la bienvenue. Tout de suite, notre attention est attirée par son bras droit immobilisé dans le plâtre. «Mon pied a été fracturé, mon bras droit a été fracturé à deux endroits. Ma cheville aussi a été immobilisée dans du plâtre», confie Nayanka. Lorsque notre regard s’arrête sur le visage de Nayanka, nous constatons qu’il n’a pas trop souffert de l’accident. Le visage de Nayanka est toujours celui qu’on lui connaît, c'est-à-dire très beau. Juste une fine cicatrice sur une paupière et une autre cicatrice sur le front, «Mon crâne avait été ouvert, on a du me recoudre.»

Un coup d’œil d’ensemble sur la pièce et notre regard tombe sur des bouquets de fleurs, un ordinateur portbale, des figurines religieuses et surtout la Sainte Bible. «J’avais le pressentiment depuis longtemps que j’allais mourir à cet âge-là. Depuis longtemps, ce pressentiment me hantait. Mais là, je ne l’ai plus parce que Dieu m’a rachetée. Je n’ai plus cette crainte de mourir… ».

Non seulement la vie de la chanteuse n’est plus en danger, mais en plus, elle devrait récupérer toute la mobilité de ses jambes et de ses bras après une rééducation.

«J’ai rendez-vous à l’hôpital le 28 mai. J’espère que les médecins vont m’enlever les plâtres. Après, ça sera la rééducation en France. Je pourrai remarcher sans problème puisque je n’ai eu que des fractures.»

 

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Nayanka Bell dit se souvenir de tout ce qui s’est passé dans les instants qui ont suivi l’accident. «Après le choc, je n’ai pas perdu connaissance, je suis restée éveillée jusqu’à l’hôpital. J’entendais tout ce qui se disait autour de moi. Et je trouve que les Ivoiriens ont été et continuent d’être formidables.... Pendant ces moments difficiles, ils m’ont montré leur amour. Devant ma chambre d’hôpital, j’entendais des gens venir chanter, prier pour moi... Après ma guérison, j’ai l‘intention d’organiser un grand concert pour dire merci. Je dois cela aux ivoiriens. Je vois un concert avec plusieurs chorales pour remercier Dieu et les Ivoiriens. Mais je vais prendre le temps d’y réfléchir.» Selon Nayanka Bell, c’est feu le Dr Abraham Zunon (il est décédé le 22 avril 2009) qui a imposé son isolement pendant les premières heures de l’accident. Pour éviter qu’elle ne chope d’autres microbes, comme le virus de la grippe, qui aurait pu aggraver son cas. Surtout que Nayanka avait perdu énormément de sang et qu’elle venait de se faire transfuser quatre poches de sang, coup sur coup. Quand on lui pose la question de savoir à quoi elle passe ses journées, Nayanka explique qu’en dehors des visites, elle regarde des films, écoute de la musique sur son ordinateur portable et…travaille aussi. Justement, sous nos yeux, Nayanka commence une séance de travail avec son cousin qui suit le chantier de construction de son hôtel. Il s’agit de choisir les couleurs des carreaux et de la peinture des différentes pièces du bâtiment. Nayanka donne aussi son avis et des instructions sur l’avancement des travaux. Très perspicace, la chanteuse ne laisse aucun détail lui échapper. Fini la séance de travail sur la construction de son hôtel, c’est la Nayanka Bell, mère de famille, qui appelle sa fille Aya. Quand l’adolescente arrive, Maman Nayanka trouve que sa robe est trop courte. Il s’ensuit alors une attendrissante scène où on voit la mère et la fille avancer des arguments pour défendre chacune son point de vue. Tout ça dans la bonne humeur. Il est temps de laisser Nayanka se reposer.


Commentaires

salut je suis yves chretien evangeliste je souhait entré contact avec l'artiste Nayanka belle si possible pour lui apporté un soutien a travers la prière en Jésus Christ. merci
mon numéro c'est le 44 51 61 40

Écrit par : yves | mardi, 29 mai 2012

salut je suis yves chretien evangeliste je souhait entré contact avec l'artiste Nayanka belle si possible pour lui apporté un soutien a travers la prière en Jésus Christ. merci
mon numéro c'est le 44 51 61 40 / raashe25@hotmail.com

Écrit par : yves | mardi, 29 mai 2012

BONSOIR
TOUT D'ABORD JE REMERCIE LA DIVA NAYANKA BELL POUR SES BELLES CHANSONS

SON SOUHAIT SERAIT D'ETRE EN CONTACT AVEC LA DIVA AFIN DE PUISER UN PEU DE SA SOURCE QU'ELLE A ELLE MÊME DU MAL A TARIR..VU LA GRANDEUR ET DE SES OEUVRES..
JUSTE POUR LA DIRE MERCI ET COURAGE.
ON VOUS PORTE TOUJOURS DANS NOS PRIERES

Écrit par : DELANG BARTONIEN KATHIAW | mercredi, 06 février 2013

Mon bonsoir a celle qui m'a toujours emerveille a travers ses belles chansons.Je suis malien Docteur en medecine de mon etat.Je remercie le bon Dieu de vous avoir garder en vie.Merci Seigneur.Je fais partir de cette generation qui vous a t oujours admire.Je vais m'arreter la car les mots me manquent pour exprimer tout ce je ressent pour vous.Encore merci Seigneur.J'aimerai rentrer en contact avec vous. 00223.76.44.00.91

Écrit par : Dr. KODIO Boubakar | lundi, 22 avril 2013

Les commentaires sont fermés.