topblog Ivoire blogs

mercredi, 27 mai 2009

Dominique Strauss-Kahn a Abidjan

dominique.jpgDominique Strauss-Kahn, Directeur général du Fmi (Fonds monétaire international) n’a pas eu hier la langue de bois. En effet, rencontrant au 20ème étage de l’immeuble Sciam, les services du ministère de l’Economie et des Finances et le patronat ivoirien, DSK, comme il l’avait prévenu à son arrivée, a réaffirmé l’intransigeance du Fmi au niveau de la bonne gouvernance.


Après avoir félicité les autorités ivoiriennes, pour le travail abattu, il a expliqué ce qui attend la Côte d’Ivoire pour obtenir le point d’achèvement de l’initiative PPTE. Conscient que la Côte d’Ivoire est ‘‘dotée de ressources considérables’’, Strauss-Kahn a indiqué que ce pays peut être considéré comme le moteur de la sous-région. « C’était important pour nous de renouer des relations normales. C’est la raison de cette rencontre nouvelle entre le Fmi et la Côte d’Ivoire. Pas seulement en raison de ce que le Fonds seulement peut apporter à la Côte d’Ivoire, mais il joue le rôle de catalyseur », a révélé le Dg du Fmi. Selon lui, lorsque l’institution financière s’engage avec un pays, les autres partenaires sont encouragés à revenir travailler avec ce pays. Pour Dominique Strauss-Kahn, ‘‘l’avenir de la Côte d’Ivoire, c’est l’allègement de la dette au bout du processus qui va durer une année’’.

Ce qui attend la Côte d’Ivoire

Avec le point de décision qui a été atteint, il va falloir cravacher dur pour atteindre le point d’achèvement dans un an. Mais, selon lui, il y a un certain nombre de choses à réaliser, durant cette période dans tous les domaines. Et c’est plus de 2 milliards de dollars au total qui peuvent revenir à la Côte d’Ivoire. Cette somme va lui permettre de se reconcentrer sur des problèmes de développement. Cependant, pour DSK, au-delà de tout cela, la priorité c’est d’appliquer les règles de bonne gouvernance. « C’est certainement des questions qui s’adressent aux dirigeants politiques, au gouvernement, aux ministres. Ce sont des questions qui s’adressent à tous ceux qui, à un degré, sont responsables de la vie publique », a remarqué le Dg du Fmi. Qui n’a pas manqué de préciser que le programme auquel a abouti la Côte d’Ivoire est une chance pour le pays. Aussi a-t-il prévenu que la Côte d’Ivoire doit tout mettre en œuvre pour atteindre le point d’achèvement. « Ce qui doit nous permettre d’aboutir au point d’achèvement ne se renouvellera pas si facilement, si ensemble nous ratons cette occasion », a-t-il ajouté.

Les mises en garde de Strauss-Kahn

« Nous avons entre les mains la nécessité d’éviter tout dérapage, de rester dans le cadre de ce qui a été établi. Si les conditions extérieures changent, si des difficultés nouvelles apparaissent, nous rediscuterons ensemble des conditions. On veut être flexible (…) mais ce qui a été décidé doit être mis en œuvre », a averti Strauss-Kahn. Ajoutant qu’il y va de la responsabilité du Fmi de surveiller tout cela et de la responsabilité des Ivoiriens de l’appliquer. Par ailleurs, pour le Dg du Fmi, il importe de ‘‘considérer le Fonds comme un ami’’. Reconnaissant que ça n’a pas toujours été facile dans le cas de beaucoup de pays ‘‘parce qu’on voit en nous un méchant’’. Strauss-Kahn estime que lorsque le Fmi intervient, c’est pour apporter réparation parce qu’il y a eu quelques problèmes. « J’aimerais que vous voyez dans le Fonds, plutôt une sorte de médecin. Des fois, les médicaments sont amers, donc on n’aime pas trop. En réalité, le Fonds est là pour vous aider. Nous sommes de vrais amis, et les vrais amis, c’est ceux qui savent dire la vérité quand c’est nécessaire. C’est un moment de redémarrage. Comptez sur nous. Nous, nous comptons sur votre détermination », a conclu DSK. Le Directeur général du Fmi a également, au cours de la matinée d’hier, fait un don à l’Ong Chigata, sise à Yopougon quartier millionnaire, qui a pour objectif général, d’améliorer le bien-être des orphelins et autres enfants vulnérables du fait du VIH/Sida. Avant de visiter Uniwax.

Jean Eric ADINGRA

Les commentaires sont fermés.