topblog Ivoire blogs

mardi, 21 avril 2009

Forces Nouvelles/Elections: "impérativement en 2009"

Elections en Côte d'Ivoire "impérativement en 2009"
ABIDJAN - Les élections en Côte d'Ivoire, sans cesse reportées depuis 2005, "doivent impérativement se tenir en 2009", a estimé lundi l'ex-rébellion, menaçant de revoir sa participation au processus de paix au-delà de cette échéance.

sidiki.jpgA l'issue d'une réunion dans leur fief à Bouaké (centre), les Forces nouvelles (FN) ont affirmé que "les élections doivent impérativement se tenir en 2009, pour que notre pays en finisse avec cette situation de +ni paix ni guerre+ qui appauvrit les populations chaque jour qui passe".


"Au-delà de 2009, les FN se réservent le droit de reconsidérer leur participation au processus de paix en cours", indique un communiqué transmis à l'AFP.

Les ex-rebelles, qui contrôlent le nord ivoirien depuis leur coup d'Etat manqué de septembre 2002 contre le président Laurent Gbagbo, "estiment que techniquement, les élections sont possibles cette année".

La date de l'élection présidentielle, reportée depuis 2005, reste inconnue. Lancé en septembre 2008, le recensement électoral est censé s'achever début mai au plus tard.

lobognon.jpgLes responsables de l'ex-rébellion se réunissaient en l'absence de leur leader, le Premier ministre Guillaume Soro, à la suite de l'appel à la démission de son poste de chef du gouvernement lancé le 14 avril par les délégués généraux du mouvement.

Les délégués souhaitaient que leur chef ne soit pas "comptable" de la "manoeuvre" menée selon eux par le Front populaire ivoirien (FPI, parti présidentiel) pour "empêcher les élections".

"Le processus de sortie de crise est sur les rails", avait affirmé vendredi M. Soro, sans évoquer explicitement cet appel.

Les retards dans l'application du dernier accord de paix ("Ouaga IV"), signé fin 2008, qui prévoit notamment le désarmement des anciens rebelles et la réunification du pays, ont suscité récemment des tensions entre le camp présidentiel et les FN.

"Chaque fois que le processus atteint une étape importante dans sa mise en oeuvre, la mouvance présidentielle conduite par le FPI (...) adopte des attitudes de défiance et pose des actes de sabotage", ont accusé lundi les FN.

Les Forces nouvelles "n'entendent pas du fait de pressions démagogiques sans résultats s'engager dans une autre forme de sortie de crise", ont-elles averti.

En mars 2007, les ex-rebelles et le camp présidentiel ont signé à Ouagadougou un accord de paix, complété fin 2008, qui prévoit notamment l'organisation d'élections libres et transparentes.

(©AFP / 20 avril 2009 23h40)

Les commentaires sont fermés.