topblog Ivoire blogs

mardi, 14 avril 2009

Argentine : Un mur sépare deux quartiers

Argentine : À Buenos Aires, un mur sépare deux quartiers


Kirchner.jpgLa ville de San Isidro en Argentine située dans le nord de l'agglomération du Grand Buenos Aires a entamé la construction d’un mur qui longera 16 pâtés de maison et fera 3 mètres de haut afin de l’isoler de San Fernando, une ville voisine. D’après les autorités de San Isidro, ce mur permettra d’assurer une meilleure sécurité à la population qui se dit victime de cambrioleurs qui s’échappent ensuite dans la ville voisine. Le début des travaux a été accompagné de réactions de protestation et des groupes du voisinage ont détruit ce qui avait déjà été érigé ainsi que plusieurs blocs de béton qui devaient être utilisés.


Devant l’ampleur de la contestation, Gustavo Posse, le maire de San Isidro, a finalement défendu ce projet dans les médias. Même la présidente du pays, Madame Cristina Fernandez de Kirchner, a abordé le sujet : « ce mur est une régression. Je suis stupéfaite, c’est une mesure séparatiste. Au lieu de se séparer, nous devrions nous unir. »

D’après Econoblog [en espagnol, comme tous les liens cités], « les habitants de La Horqueta ont fait cette demande afin d’empêcher les vols », aussi, « le mur empêchera les gens de Villa Jardin de traverser les rues proches de La Horqueta. » Ce quartier est l’un des plus huppés de San Isidro.

Siete Crisantemos analyse les résultats d’un sondage paru dans le journal La Nacion, dans lequel la plupart des participants soutiennent la construction de ce mur, en ajoutant :"Je n’habite ni San Isidro ni San Fernando, et je ne peux rien dire sur l’insécurité qui règne là-bas, mais en me basant sur ce qui se passe dans la capitale fédérale (Buenos Aires) je peux m’en faire une idée. Néanmoins, je pense que proposer un mur comme solution est gênant ; cela ne résoudra rien ; sur un sujet différent et pour les mêmes raisons, je suis contre la peine de mort . À chaque fois que ce type de solutions est choisi avec le soutien d’une majorité de la population, je suis triste."

Enfin, le site de Clarin Que Parezca un Accidente rapporte que les opposants au mur ont détruit un projet qui venait d'absorber beaucoup de deniers publics et Alex Piedo écrit, sarcastique :"Et voilà. Une jolie petite construction, un mur dont le seul but était de montrer alentour la dextérité des ouvriers de San Isidro, maintenant, il est à terre, détruit par la négligence de ceux qui sont opposé au progrès et à la grandeur de l’Argentine. Beaucoup d’argent a été gaspillé par ceux qui ne veulent pas que l’Argentine devienne une grande puissance".




Les commentaires sont fermés.