topblog Ivoire blogs

dimanche, 15 mars 2009

PPTE, La panacée des refondateurs

Gestion des ressources du pétrole, initiative Ppte… : Strauss Kahn écrit à Gbagbo


Samedi 14 mars 2009
Nord-Sud


C’est le 26 mars que la Côte d’Ivoire sera située sur son éligibilité à l’initiative Ppte (Pays pauvres très endettés). Avant cette date qui continue de donner des insomnies aux autorités d’Abidjan, Dominique Strauss-Kahn, (DSK) Directeur général du Fonds monétaire international (Fmi) a interpellé le président Laurent Gbagbo sur la gestion des ressources du pétrole ivoirien.

dominique.jpg




Dans une correspondance adressée au chef de l’Etat en date du 27 février publiée par La Lettre du continent dans sa parution du 12 mars, le patron du Fmi, tout en félicitant le numéro Un ivoirien a invité ce dernier à observer plus de transparence dans la gestion des revenus générés par l’or noir. « J’ai trouvé très encourageantes vos récentes prises de position publiques en faveur de la complète traçabilité des revenus du pétrole et de la totale transparence de toutes les dépenses du gouvernement, y compris les grands travaux », s’est réjoui DSK à l’endroit de Laurent Gbagbo. Après cette salve d’encouragements, Charles Koffi Diby, sur exigence du Directeur général du Fmi, a adressé une copie du « Protocole d’accord entre l’Etat de Côte d’Ivoire et l’entreprise Pierre Fakhoury Operator » (Pfo) à Antoinette Sayeh, directrice du département Afrique du Fmi. Ce protocole d’accord permettra aux institutions de Bretton Woods de « voir clair » dans le mode de passation des marchés entre Pierre Fakhoury et l’Etat de Côte d’Ivoire. Notons que c’est à l’entreprise de l’architecte de la Basilique Notre Dame de la Paix que Gbagbo a confié les grands chantiers de Yamoussoukro et son projet « Le grand Abidjan ». En retour, ce dernier, selon le bimensuel international, est payé en puits de pétrole, ce qui a permis à l’entreprise Fakhoury d’engranger des sommes astronomiques quand le baril du pétrole était à son plus haut niveau. A l’analyse, cette correspondance de DSK est une interpellation à Laurent Gbagbo pour une gestion transparente des ressources publiques dans un contexte où la Côte d’Ivoire cherche désespérément son éligibilité à l’initiative Ppte.

K.B

En fait qu'est ce que l'Initiative PPTE?

http://www.imf.org/external/np/exr/facts/fre/hipcf.htm

Allégements de dette au titre de l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE)


L'initiative en faveur des PPTE est un dispositif global de réduction de la dette des pays pauvres très endettés qui appliquent des programmes d'ajustement et de réforme appuyés par le FMI et la Banque mondiale. À ce jour, des allégements de dette ont été approuvés en faveur de 34 pays, dont 28 en Afrique, pour un montant total de 51 milliards de dollars EU (en valeur actualisée nette fin 2007). Sept autres pays sont éventuellement admissibles à l'assistance au titre de l'initiative PPTE et pourraient souhaiter en tirer profit.

Qu'est-ce que l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés (initiative PPTE)?
Le FMI et la Banque mondiale ont engagé l'initiative PPTE en 1996 afin d'assurer qu'aucun pays ne soit confronté à une charge d'endettement intolérable. Cette initiative suppose une action concertée de la communauté financière internationale, y compris les institutions multilatérales et les autorités nationales, en vue de ramener à un niveau supportable la charge de l'endettement extérieur de la plupart des pays pauvres très endettés. Après un examen exhaustif de l'initiative en 1999, un certain nombre de modifications ont été approuvées, afin d'octroyer un allégement plus substantiel à un plus grand nombre de pays et plus rapidement, ainsi que de renforcer les liens entre l'allégement de la dette, la réduction de la pauvreté et la politique sociale. En 2005, en vue d'accélérer les progrès dans la voie des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) des Nations Unies, l'Initiative d'allégement de la dette multilatérale (IADM) est venue s'ajouter à l'Initiative PPTE. L'IADM vise l'annulation de la totalité des créances admissibles détenues par trois institutions multilatérales - le FMI, l'Association internationale de développement (IDA) de la Banque mondiale et le Fonds africain de développement (FAD) - sur les pays ayant atteint le point d'achèvement de l'Initiative PPTE. En 2007, la Banque interaméricaine de développement (BID) a également décidé d'accorder un allègement de dette supplémentaire (« au-delà de l'initiative PPTE ») à cinq pays pauvres très endettés de l'hémisphère occidental.

Fonctionnement de l'initiative PPTE
Pour bénéficier d'une assistance au titre de l'initiative, un pays doit : (1) être exclusivement IDA et admissible à la FRPC; (2) faire face à une charge de la dette insupportable, hors du champ des mécanismes d'allégement de la dette traditionnellement disponibles, (3) donner la preuve qu'il a engagé des réformes et mené une politique économique avisée dans le cadre des programmes appuyés par le FMI et la Banque mondiale et (4) avoir formulé un document de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) basé sur un vaste processus participatif. Lorsqu'un pays a accompli des progrès suffisants vers la satisfaction des critères retenus ou y a satisfait, les Conseils d'administration respectifs du FMI et de l'IDA décident officiellement de son admissibilité à l'allégement et la communauté internationale s'engage à ramener la dette au seuil de viabilité convenu. C'est ce que l'on appelle le point de décision. Lorsqu'un pays atteint le point de décision, il peut immédiatement recevoir un allégement intérimaire sur le service de la dette qui est exigible. Cependant, afin de recevoir la réduction intégrale et irrévocable de la dette au titre de l'initiative PPTE, le pays doit : (i) continuer de donner la preuve qu'il exécute comme il convient les programmes soutenus par le FMI et l'IDA. i) exécuter de manière satisfaisante les réformes fondamentales convenues au point de décision, et iii) adopter et exécuter pendant un an au moins le DSRP. Lorsqu'un pays a satisfait à ces critères, il peut atteindre son point d'achèvement. Les créanciers doivent alors lui accorder l'allégement intégral de la dette promis au point de décision.

Qui bénéficie de l'aide au titre de l'initiative PPTE
Quarante-et-un pays ont été considérés admissibles ou pouvant être admissibles à l'aide au titre de l'Initiative PPTE. Vingt-quatre ont déjà atteint le point d'achèvement et ont bénéficié ou bénéficient d'un allégement irrévocable de la dette de la part du FMI et d'autres créanciers. Onze ont atteint le point de décision et certains bénéficient d'un allégement intérimaire. Sept ont été déclarés potentiellement admissibles à cette aide mais n'ont pas encore atteint le point de décision.

Moyens de financement de l'initiative
Le coût total de l'aide apportée aux 41 pays qui ont été déclarés admissibles à bénéficier d'un allègement de dette au titre de l'initiative renforcée en faveur des pays pauvres très endettés est estimé à environ 71 milliards de dollars en valeur actualisée nette à la fin 20071. La moitié environ proviendra de créanciers bilatéraux et le reste de créanciers multilatéraux. Le FMI finance sa contribution essentiellement par les revenus de placement du produit net des ventes d'or hors marché de 1999 qui ont été déposés au fonds fiduciaire FRPC-PPTE du FMI. Des contributions additionnelles ont été apportées à ce fonds par les pays membres. Les ressources du fonds sont aujourd'hui insuffisantes pour financer l'allègement de la dette de tous les PPTE n'ayant pas atteint le point de décision (pour lesquels ces ressources sont disponibles dans l'ordre des demandes). La raison en est que le coût de l'allègement de la dette du Soudan et de la Somalie, ainsi que des autres pays qui ont rejoint l'initiative après 2006, n'a pas été inclus dans le financement original. Si ces pays atteignaient le point de décision, il serait urgent de mobiliser des ressources.

Comment les pays bénéficient de l'initiative
Pour les 34 pays pour lesquels un allégement a déjà été approuvé, les paiements au titre du service de la dette ont en moyenne diminué de quelque 2 % du PIB entre 1999 et 2007. La charge de leur dette devrait être réduite d'environ 90 % après l'application intégrale de l'allègement (y compris au titre de l'IADM). Cependant, pour que la réduction de la dette ait un effet tangible sur la pauvreté, les ressources ainsi dégagées doivent être ciblées sur les pauvres. Avant l'initiative PPTE, les pays admissibles consacraient, en moyenne, un peu plus de ressources au service de leur dette qu'à la santé et à l'éducation combinées. Aujourd'hui, ils ont sensiblement accru leurs dépenses consacrées à la santé, à l'éducation et aux services sociaux qui représentent, en moyenne, six fois environ le montant des paiements au titre du service de la dette.

S'il est le bienvenu, l'allègement de la dette ne satisfait qu'une part relativement faible des besoins de financement des PPTE et ne peut garantir indéfiniment la viabilité de la dette. Les économies résultant de l'allègement s'accumulent moyennant du temps et ne constituent généralement qu'une fraction des apports d'aide nets aux PPTE. Pour répondre aux besoins de développement des PPTE, et de manière plus générale des pays à faible revenu, une augmentation des nouveaux flux d'aide est donc nécessaire en complément de l'allègement de la dette. Ces nouveaux apports doivent être assortis de conditions appropriées afin que la viabilité de la dette soit préservée à terme.

L'allègement de la dette a amélioré notablement la situation d'endettement des pays ayant dépassé le point d'achèvement, ramenant leurs indicateurs de la dette au-dessous de ceux des autres PPTE ou des non-PPTE. Cependant, la viabilité de leur dette à moyen terme n'est pas encore garantie. Ces pays restent vulnérables aux chocs, en particulier ceux affectant leurs exportations, et leur capacité de paiement est très sensible aux modalités des nouveaux financements. Pour réduire leur vulnérabilité de manière décisive, ces pays doivent mener une politique d'emprunt prudente et renforcer leur capacité de gestion de la dette publique.

Tâche à accomplir
De nombreux pays parmi les 17 qui n'ont pas encore atteint le point d'achèvement se trouve devant une tâche similaire, à savoir préserver la paix et la stabilité, et améliorer la gouvernance et la prestation des services de base. Pour s'acquitter de cette tâche, ces pays devront s'employer sans relâche à renforcer leurs politiques et leurs institutions, et recevoir le soutien de la communauté internationale.

Il faudra aussi veiller à ce que les PPTE obtiennent un allègement de la dette intégral de tous leurs créanciers. Bien que les plus gros créanciers (Banque mondiale, Banque africaine de développement, FMI, Banque interaméricaine de développement, et tous les membres du Club de Paris) offrent un allègement de la dette conformément aux engagements pris dans le cadre de l'initiative PPTE, et même au-delà, d'autres sont à la traîne. Les plus petites institutions multilatérales, les créanciers bilatéraux officiels non membres du Club de Paris et les créanciers commerciaux, qui représentent ensemble environ 25 % du coût total de l'initiative PPTE, n'ont accordé jusqu'à présent qu'une petite partie de l'allègement attendu de leur part. Les créanciers bilatéraux non membres du Club de Paris ont accordé dans leur ensemble environ 40 % de leur part de l'allègement au titre de l'initiative PPTE, mais près de la moitié d'entre eux n'ont accordé aucun allègement. S'il reste faible — il est estimé à 33 % —, l'allègement effectivement accordé par les créanciers commerciaux a augmenté notablement ces dernières années, avec quelques grosses opérations. Un certain nombre de créanciers commerciaux ont entamé des poursuites contre des PPTE, ce qui remet gravement en question sur la plan juridique la répartition des charges dans le cadre de l'initiative.

Compte tenu de la nature volontaire de l'adhésion à l'initiative, le FMI et la Banque mondiale continueront d'exercer une pression morale sur les créanciers pour les encourager à y participer et à assumer pleinement leur part de l'allégement. Ils continueront également de recueillir plus d'informations pour mieux suivre et évaluer l'allégement fourni. Le FMI continuera de traiter des questions liées à la participation à l'initiative dans le cadre de ses consultations normales avec les pays créanciers et lors d'autres types de consultations.

Commentaires

Le président Gbagbo est obligé de passer par l'initiative PPTE pour effacer une grande partie de la dette extérieure de notre pays,ce, au nom du sacro-saint principe de la continuité de l'Etat. La dette qui semble lui donner de l'insomnie a été contractée avant son arrivée, au pouvoir: En effet, en octobre 2000, la dette extérieure de notre pays s'élevait à 6700 milliards de fcfa, aujourd'hui, cette dette est de 6200 milliards soit une baisse de 500 milliards, somme remboursée de 2000 à ce jour.
Comme vous pouvez le constater, 500 milliards ont été remboursés sur les 6700 contactés par ses prédécesseurs qui n'ont jamais géré une crise de cette ampleur.
Cette précision s'imposait afin que les plus lucides d'entre nous aient d'objectifs éléments d'appréciation.

Écrit par : inza | lundi, 16 mars 2009

c'est une honte pour le pays. Sais tu un peu ce que ça signifie PPTE?

Écrit par : Aby Ballo | lundi, 16 mars 2009

Aby Ballo, l'initiative PPTE est destinée à des pays pauvres très endettés. Je comprends que c'est gênant d'être classé parmi ces pays qui sont les derniers. Mais à qui la faute? Si tu as bien lu mon texte, tu aurais un début de réponse à cette question: avant octobre 2000,notre dette extérieure était de 6700 milliards de fcfa. A ce jour, elle est 6200 milliards de nos francs.Si tu considères que c'est une honte, saches que cette honte est héritée du PDCI dont la gestion du pays a été basée sur l'endettement à outrance. Ton président (ADO) a contribué à notre humiliation pour avoir été premier ministre du PDCI,à un moment donné de l'histoire de ce parti.

Écrit par : inza | lundi, 16 mars 2009

Mr Inza, appeler les chose par leur noms SVP. le ppte est "une HONTE" et non une simple "gêne". Savez vous les repercussion que ça aura sur l'image du pays? sur son niveau ou indice de sécurité? enfin, pourquoi pensez vous ke malgré tout notre pays concerve son prestige de tous les jours. C'est parce que la Côte d'Ivoire reste la Côte d'Ivoire. Et votre Gbagbo avec son affaire de PPTE là, ça ne m'interesse pas. Un pays ce n'est pas un restaurent ou un hotel où le propiétaire décise à un moment donné de rétirer une étoile pour permettre à des clients d'un certain niveau social d'y avoir accès. Si tu pense que Gbagbo à assez fait en ne payant que des dettes contracté par ses prédécesseur (ce ki est archi faux), moi aussi je pense que ce n'est pas pour ça qu'il doit nous plonger avec lui dans cette grande honte.

Écrit par : Aby Ballo | lundi, 16 mars 2009

L'empresement observé chez les tenants du pouvoir(Bohoun Bouabre) pour l'eligibilité de la Cote d'Ivoire aux initiatives PPTE se manifeste par une propagante malsaine autour de ce projet noseabond et les arrestations, bien tardives ,des responsabl

Écrit par : Bouabre B | lundi, 16 mars 2009

L'empresement observé chez les tenants du pouvoir(Bohoun Bouabre) pour l'eligibilité de la Cote d'Ivoire aux initiatives PPTE se manifeste par une propagante malsaine autour de ce projet noseabond et les arrestations, bien tardives ,des responsables des filieres Cafe/Cacao (Tape Drop,kILI,Amouzou) et autres auteurs recents de detournements de deniers publiques .

Toutes ces agitations participent du fait de monter une gestion soudainement saine et rigoureuse afin de multiplier les chances d'eligibilité aux PPTE.
Qui est donc dupe?
Apres huit ans de malgouvernance au vu et au sus de tous,l'arrogance insultante de voleurs-protogées(AL-Mustapha,Ekra Mathieux,Ble Goude)vomis par les populations mais protegés par les pontes du regime, une maladie congénitale appelée corruption,enrichissement illicite à qui mieux mieux s'est insallée dans le gestion des affaires de l'Etat.

L'inspecteur de l'eta

Écrit par : Bouabre B | lundi, 16 mars 2009

L'empresement observé chez les tenants du pouvoir(Bohoun Bouabre) pour l'eligibilité de la Cote d'Ivoire aux initiatives PPTE se manifeste par une propagante malsaine autour de ce projet noseabond et les arrestations, bien tardives ,des responsables des filieres Cafe/Cacao (Tape Drop,kILI,Amouzou) et autres auteurs recents de detournements de deniers publiques .

Toutes ces agitations participent du fait de monter une gestion soudainement saine et rigoureuse afin de multiplier les chances d'eligibilité aux PPTE.
Qui est donc dupe?
Apres huit ans de malgouvernance au vu et au sus de tous,l'arrogance insultante de voleurs-protogées(AL-Mustapha,Ekra Mathieux,Ble Goude)vomis par les populations mais protegés par les pontes du regime, une maladie congénitale appelée corruption,enrichissement illicite à qui mieux mieux s'est insallée dans le gestion des affaires de l'Etat.

L'inspecteur de l'etat Kouadio l'en à appris à ce depends. Guy Kyffer egalement.

Après la gabegie, la course effrenée à la richesse, le moment est venu pour ces refondateurs de montrer patte blanche, de vouloir sauver l'economie,Oh noble combat!, eponger cette axyphiante et legendaire dette publique.Bien
Que c'est louable comme projet!
Le medecin apres la mort donc. Les ivoiriens ne sont pas dupes encore moins les patrons des institutions de Bretteon Woods.
Declarer le petrole entierement, reduire les 78 milliards de budget presidentielle, organiser des elections presidentielles dans un delai raisonables.
De quoi les detourner ces refondateurs de ce funestre projet qui consiste à declarer la faillite economique du pays pour faire fuir les creanciers.

Epilogue :
Pauvre pays , il fallait ces vautours pour t' aneatir à jamais!
Mais nous resisterons à ce ourgan frontiste,
pour te sauver de laus griffes devastatrices.
Mere patrie!
NOUS TE SAUVERONS!

Écrit par : Bouabre B | lundi, 16 mars 2009

Je suis surpris par le bas niveau de vos commentaires sur un sujet d'intérêt national.J'ai voulu,sereinement, répondre aux préoccupations du sieur Aby Ballo. Je confirme qu'il n'y a aucune honte à adhérer à l'initiative PPTE car les responsables des institutions de Bretton Woods savent bien que cette dette importante que nous payons aujourd'hui et que nos enfants payeront,demain, n'a pas toujours servie au développement de notre pays. Une grande partie de cette somme a été gardée dans des comptes numérotés dans les banques suisses et dans d'autres paradis fiscaux. C'est cet argent qui fait la force de certains leaders politiques que vous connaissez bien.
De toutes les façons, la décision d'adhérer ou non à ce projet ne nous incombe pas, elle est de la compétence exclusive du souverain de ce pays qui est le président Gbagbo. A quoi bon se donner des crises d'ulcère pour une décision qui ne dépend pas de nous?

Écrit par : inza | lundi, 16 mars 2009

Inza, ne perds pas ton temps à raisonner ces buveurs de sang humain. Ils ne comprennent rien à la politique si ce n'est animer des rebellions. L'initiative PPTE, c'est pour rembourser l'argent volé par Bédié et ADO. C'est parce que les blancs savent que cet argent a été détourné et qu'ils savent où il est logé qu'ils ont créé l'initiative PPTE et s'il plaît à DIEU,notre dette sera effacée et c'est tout le monde qui en bénéficiera.

Écrit par : aboua simon | lundi, 16 mars 2009

Comment ded jeunes assoiffés de libeteté d'expression , de liberté donc ouvert au debat peuvent etre si refractaires à la contradiction et à la critique des choix hasardeux et mal pensés des gouvernants nommés Refondateurs?
NOUS NE SAVONS FAIRE QUE CA .DEBATRE ET PORTER DES CRIIQUES.
Pour vos accusations rabaissantes pour vous meme sur les militants rjr, vous pouvez prendre contact avec les responsabls Froces Nouvelles.
Vous et vos attaques qui changent de cibkes selon la direction du vent. Soro et Compaore sont subitement devenus vos heros adulés.
Pauvres jeunes FPI sans reperes politiques et intellectuels.
J'ai de la peine pour vous et sul l'anonymat vous sauve du ridicule.

Écrit par : Bouabre B | mardi, 17 mars 2009

la question fondamentale que chacun devrait se poser c'est de savoir si nous sommes un pays pauvre,un pays intermediaire ou un pays riche.regardons autours de nous pour nous rendre compte du taux du chomage.combien de famille ivoirienne mange decemment?combien de famille scolarise leur enfant sans contracter de pret? combien de famille peuvent se payer le luxe de se faire traiter dans des cliniques? arretons de nous leurrer.nous sommes bel et bien un pays tres pauvre.il n y auncune honte à reconnaitre qu'on est pauvre.evidemment cette reconnaissance nous apportera des plus value qui si elles sont bien gérées permettra de reduire la pauvreté.sur le maigre salaire d'un fonctionnaire ou d'un salarié c'est pres de 10 personnes qu'il doit nourir.la crise est venue accentuée cette misere.

Écrit par : kwadiauh | mercredi, 25 mars 2009

nous remercions mr le president de la republique d'avoir cru en l'initiative de son ministre de l'economie et des finance.la cote d'ivoire est elligible a l'initiative ppte.merci mr le pr parce que si vous meme ,vous mangez quand vous en avez l'envie vous avez reconnu que la plupart des ivoiriens souffrent du malaise de la pauvreté.reste à utiliser la mannes qui va arriver avec rigueur.

Écrit par : kwadiauh | vendredi, 27 mars 2009

Sachez vous qui jubilez que le PPTE n'a dévelopé aucun pays du monde. Donc tout ce que le PPTE peut apporter à la Côte d'Ivoire c'est juste un peu de blé pour fermer les trou creusés par les Tapé Doh et consort

Écrit par : Abou B | samedi, 28 mars 2009

LE PPTE EST QUAND MEME UNE CHANCE POUR LA COTE D'IVOIRE DANS LA MESURE OU LA CRISE SOCIO-politique nous plonge de plus en plus dans la pauvrete.remercions le PR pour son genie politique car cela permettra de resoudre les revendication malsaine et sans coeur des differents syndicats et de realiser certains projets.n'oublions jamais que l'union fait la force.

Écrit par : REOMARIC | mardi, 31 mars 2009

suite au renuion je voudrais savoir quelle à été le sort de la côte d'ivoire sur les pays membres du PPTE ?
La côte d'ivoire est elle membre de ces pays ?
Merci .

Écrit par : AKPOUE | jeudi, 02 avril 2009

Akpoue, il sagit de classer le pays dans la categorie des pauvres tres endettés afin de beneficier redution surbstancielle sur la dette.
La dette de laoted'ioire s'eleve a ejour a pres de 7000 illiards de F cfa soit le triple du budget annuel (2 000 milliards de francs cfa).
La Coited'ivoire donc a travers ses autorités a souhaité etre onsidere comme payx PPTE afin de beneficier de remise sur sa dette.
Nous sommes donc (phase 01) declarés depuis le 27/03/2009 PPTE.
Voila pour les faits.
Analyse don
Le manque de genie de gestion des refondateurs, leur manque d'imagination nous conduit a l'extreme honte etre parmis 176eme,178,et 179eme payspauvre sur 179.
Quel exploit! Et l'argent du petrole invisibleau budget,le cacao et cafe avalés par les Tape doh, kili (femme d'Affi N'guessan)?.

Écrit par : Gilbert | jeudi, 02 avril 2009

Charly77: A en juger par certains commentaires de mes predecesseurs je vois que la cote d'ivoire n'en a pas fini avec les trouble faits. Je pense qu'il n'a aucune honte a faire preuves de modesties surtout quand on est prêt a assumer les fautes d'autrui.La cote d'ivoire était une espèce de "mort né" puisqu'elle est surendetté depuis des lustres.
ou bien est ce le faite de le rappeler qui derranges? Pour votre info,sachez que malgré la guerre ici en CI ,le nombre d'etranger n'a pas diminué d'un cran et je pourrai même parier sur le contraire. Alors encore les PPTE.

Écrit par : charly77 | samedi, 04 avril 2009

je pense ke la cote d'ivoire va gerer bien ses ressources des ppte pour sortir de la crise

Écrit par : ble orega | mercredi, 22 juillet 2009

la cote d'ivoire a t elle réellement rempli toutes les conditions pour beneficier de l'initiative ppte?

Écrit par : adama coulibaly | samedi, 08 août 2009

Vous n'avez pas honte de douter des dirigeants de ce pays ?

Écrit par : banque en ligne | lundi, 05 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.