topblog Ivoire blogs

mardi, 20 janvier 2009

USA/Investiture d'OBAMA : le plus grand dispositif de sécurité jamais déployé

président noir des États-Unis aurait reçu plus de menaces qu'aucun autre de ses prédécesseurs.

Rien ne sera de trop pour protéger Barack Obama : 8 000 policiers, 11 500 militaires, la circulation interdite dans tout le centre de Washington à partir de cet après-midi et jusqu'au matin du 21. Le district de Columbia a été décrété zone d'urgence par George W. Bush. «Je crois que ce sera le plus grand dispositif de sécurité jamais mis en place pour une investiture», a déclaré le secrétaire à la Sécurité intérieure, Michael Chertoff.


Poussettes et thermos interdits

Dans un pays obsédé par le terrorisme après le 11 Septembre, tous les scénarios possibles d'attaques, chimique, nucléaire, bactériologique et traditionnelle, ont été envisagés. Le département à la Sécurité n'a repéré aucune menace terroriste «crédible» contre le président élu mais l'extrême précaution tient à la fois à la teneur de l'événement et à Barack Obama lui-même. Le premier président noir des États-Unis aurait reçu plus de menaces qu'aucun autre de ses prédécesseurs, relève un rapport du département à la Sécurité obtenu par le Wall Street Journal.

Les services secrets redoutent plus que tout un tueur solitaire. «Un individu isolé qui construirait lui-même sa bombe, une petite bombe, ou qui prendrait une arme», souligne Michael Chertoff. «Mais plus vous vous rapprocherez de là où ça se passe, et plus ce sera difficile de faire passer quelque chose», rassure-t-il. Avis aux suprématistes blancs, qui figurent en haut de la liste des suspects, il y a aura des caméras partout. Plusieurs points d'entrée avec fouille seront établis le long du parcours du défilé sur Pennsylvania Avenue et près du Capitole, où aura lieu l'investiture à midi. Dès que les 300 000 personnes (le maximum prévu) auront atteint les abords de l'avenue, son accès sera bloqué.

La sécurité de Barack Obama revêt un caractère d'autant plus symbolique que son investiture et le voyage en train qui l'a précédée sont un hommage appuyé à Abraham Lincoln, 16e président des États-Unis, assassiné en avril 1865, un mois après sa deuxième investiture. Résultat de cette sécurité renforcée, beaucoup d'Américains ont renoncé à se déplacer. Même les poussettes, thermos et parapluies seront interdits mardi, tout comme les pancartes «Yes we can».

» Notre dossier spécial sur l'investiture d'Obama





Les commentaires sont fermés.