topblog Ivoire blogs

mardi, 06 janvier 2009

UNE HONTE POUR L’AFRIQUE !

UNE HONTE POUR L’AFRIQUE !

par , samedi 3 janvier 2009

‘’Je doute l’Afrique à cause du tempérament lymphatique de ses populations’’. Kwameh NKRUMAH (1909 – 1972)

|
Lien recommandé La République sœur de Guinée Conakry vient de plonger dans le deuil… deuil – délivrance avec le décès de son Président Lansana Conté. Le ‘’KIM JONG II’’ guinéen comme on le surnommait, vient d’être emporté par un diabète et une leucémie. Le peuple de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest en avait marre de l’ère du Contéisme qui l’a trop confiné le dénuement total, 24 ans durant. Tant ses agissements avaient fini par provoquer le dessèchement de cet ex-château d’eau d’Afrique.



Le pays d’Ahmed Sékou Touré qui présentait bien d’atouts (près d’un tiers des réserves mondiales de bauxite dont elle est le principale exportateur mondial avec près de treize millions de Tonnes/an) pour décoller aux larmes des Indépendances est classé au 162e rang (sur 177) en termes de développement humain selon le PNUD. La démocratie y est la grande absente, les libertés fondamentales foulées au pied. Sur le plan économique, l’on constate des conditions de vie de très bas étage. Les répressions politiques y sont monnaie courante.

En attestent les nombreux fils Guinéens (des millions) présents un peu partout en Afrique et dans le reste du monde pour fuir les exactions du régime autoritaire et brutal de Lansana Conté. On se rappelle de la grève générale de dix huit (18) jours en Janvier 2007 et qui avait fait pas moins de 59 tués.

Disons que l’évocation de ce pays laissait lire un brin d’orgueil chez son peuple. Qui parmi nous n’entend pas parler du ‘’NON DE LA GUINEE AU GENERAL DEGAULLE EN 1958 ?’’ le discours de ce jour prononcé par Ahmed Sékou TOURE en faveur de l’accession de son pays à la Souveraineté Internationale était perçu comme un acte de haute portée historique mais aussi de courage léonin. C’est pourquoi, ‘’Papa Sékou’’ même s’il était considéré comme quelqu’un qui exerçait un pouvoir dictatorial continue de forger l’admiration. Il est de ceux qui ont eu le mérite d’affranchir le Continent noir, de l’accompagner vers l’Indépendance.

La disparition du Colonel Lansana Conté nous sert de prétexte pour parler des pouvoirs Africains en général. Nous remarquons que partout en Afrique, les gens se bigornent comme de vulgaires chiffonniers et que, le seul mobile reste l’exercice du pouvoir.

La Guinée Conakry qui vient de perdre son Président voit la junte militaire s’emparer du pouvoir, sa voisine Bissau-guinéenne est assise sur une poudrière, en Gambie Yaya Jammeh règne en maître absolu, la Mauritanie qui était sur de bons rails pour sa faire sa mue demeure une théâtre de violence depuis le putsch du 06 Août dernier, le Mali est perturbé par son ‘’volcan’’ touareg, en RD Congo le bruit des bottes fait rage, le Soudan reste empêtré dans la guerre civile depuis 2003, au Zimbawé , Robert MUGABE exerce un pouvoir personnel, au Tchad Déby ne dort plus sur ces deux oreilles, au Gabon Omar Bongo Ondimba vieillit au pouvoir (plus de 40 ans), en Tunisie Ben Ali s’amuse de la Constitution, en Libye Khadafi s’éternise au pouvoir, au Togo la transmission patriarcale du pouvoir est une réalité, aux Grands lacs le processus de paix reste plus que plombé, l’Afrique du Sud peine à se débarrasser des rides de l’Apartheid, l’Ethiopie et l’Erythrée demeurent de perpétuelles sœurs ennemies, le Rwanda s’échine à cicatriser ses plaies de 1994, le Nigeria voit ses pieds ‘’argilisés’’, la Zambie et l’Ouganda sont dans le creux de la vague, la Cote d’Ivoire est devenue une fichue bordélique,l’Egypte est dirigée selon la seule volonté d’Hosni Moubarak, en Algérie et au Maroc la question du racisme est toujours réelle, en Guinée Equatoriale le pouvoir est comme un cocon familial, Mamadou Tandjan a fini de vampiriser le Niger,en Centrafrique François Bozizé tutoie les institutions de la République au quotidien , au Ghana la paix est frêle,au Congo Brazzaville Denis Sassou Nguesso terrorise le peuple , au Sénégal la Constitution est taillée à la mesure wadienne.

Une honte pour l’Afrique !

Ibrahima NGOM Damel,
Journaliste écrivain
Email : yboupenda@yahoo.fr

Les commentaires sont fermés.