topblog Ivoire blogs

jeudi, 18 décembre 2008

Date des élections, identification, RTI… - Le RHDP hausse le ton

RHDP.jpg
Les quatre présidents du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) que sont les leaders du RDR Alassane Ouattara, du PDCI, Henri Konan Bédié, du MFA, Anaky Kobina, et de l’UDPCI, Albert Toikeusse Mabri, se retrouvent ce matin à la Maison du PDCI à Cocody, pour une analyse approfondie de la situation politique ivoirienne.


Cette réunion qui intervient en cette fin d’année, est capitale pour l’avancée du processus de sortie de crise. Et pour cause. Ces quatre leaders ont décidé de se prononcer sur toutes les questions brûlantes de l’heure. Il s’agira pour ‘’les enfants d’Houphouët-Boigny’’ de lancer un signal fort en direction de tous ceux qui sont impliqués dans le processus de sortie de crise.
Notamment, à la communauté internationale, au chef de l ‘Etat, Laurent Gbagbo, au Premier ministre, Guillaume Soro et plus particulièrement, à la France, l’ancienne puissance tutélaire et à l’ONU. L’organisation internationale devrait prendre, selon les leaders du RHDP, une résolution à la fin de ce mois de janvier pour proroger le mandat des Forces impartiales.
En outre, elles devront avoir un mandat beaucoup plus renforcé et demander aussi que des sanctions exemplaires soient prises à l’encontre de ceux qui constitueraient des blocages comme le président du parti au pouvoir Pascal Affi N’Guessan qui a tiré à boulets rouges sur les Forces nouvelles, provoquant par la même occasion, une réplique à la hauteur de la provocation, faisant ainsi pesé de lourds menaces sur le processus en cours. Mais les premiers responsables du RHDP ne s’arrêteront pas là.
Ils demanderont, a-t-on appris, de façon plus que claire à la communauté internationale et au Premier ministre, une date pour l’élection présidentielle. Sur la question, le RHDP aurait l’intention de demander que l’élection présidentielle se tienne au mois d’avril prochain. Plus précisément, le dernier dimanche de ce mois. Ce qui donne le 26 avril 2009. Puis le mois de juin pour le second tour.

Le RHDP demanderait également à la Commission électorale indépendante (CEI), de mettre un terme à l’opération d’identification des populations dans le District d’Abidjan afin de renforcer les équipes à l’intérieur du pays où l’opération a débuté depuis quelques jours et qui devront prendre fin selon le souhait des houphouétistes à la fin du mois de janvier 2009.

Mention toute spéciale sera faite, annonce-t-on, à l’endroit du chef de l’Etat Laurent Gbagbo. A celui-ci, ses opposants tiennent à dire qu’il s’agit de sa dernière chance. Et qu’après, il leur sera difficile de continuer dans ce schéma hybride où il tire les ficelles.
Par conséquent, si Laurent Gbagbo, par des subterfuges dont il a les secrets, arrivait à faire blocage et que les élections, par extraordinaire ne se tenaient pas, ils exigeront alors un nouvel ordre politique. Toute chose qui constituerait la mort de Ouaga.
Et donc la fin de l ‘actuel arrangement politique. La question des médias d’Etat notamment de la RTI sera évoquée, naturellement.

Si la RTI continue de boycotter les activités des partis d’opposition comme elle le fait, en retour le RHDP la boycottera. En ne les conviant plus à la couverture de leurs manifestations. Quant à la question du désarmement, le RHDP demandera tout simplement à ceux qui exigent le désarmement avant les élections, qu’ils s’en tiennent au respect des différents accords On le voit les membres du RHDP ont décidé de frapper du poing sur la table.

Yves-M. ABIET

Les commentaires sont fermés.