topblog Ivoire blogs

lundi, 15 décembre 2008

A Sassandra :La police fait arrêter 3 militants du RDR


lundi 15 décembre 2008 - Par Le Patriote Taille des caractères

Encore un abus de pouvoir, une injustice faite à des militants du Rassemblement des républicains. Trois militants du parti d’Alassane Ouattara, à Sassandra, ont été arrêtés et écroués pendant 24 h par le commissaire de police de la ville, Guéi Patrice. Le hic, c’est que c’est sur une dénonciation d’un militant du FPI, parti adverse du RDR, que le chef des flics de Sassandra a instantanément réagi comme s’il attendait cette occasion.

ado ci.jpgado ci.jpg




Ces trois militants répondent aux noms de Balamine Dembélé née en 1959 à Tengréla, Koné Badra Ali et Koné Kassoum. Grékou, membre activiste du COJEP, a dit au commissaire que ces trois personnes sont des Maliens. Alors, Guéi Patrice, le commissaire de police de la localité, selon nos sources, a fait le déplacement lui-même, à la tête d’une cohorte d’agents jusqu’au centre d’enrôlement où ces trois personnes accomplissaient cet acte civique. C’est manu militari que Balamine, Badra Ali et Kassoum ont été conduits au commissariat et mis au violon. La nouvelle, comme une traînée de poudre, a fait le tour de la ville.

amasdou gon.jpg


Les militants du RHDP, en particulier du RDR, se sont mobilisés pour faire barrage à cet abus de pouvoir du commissaire Guéi. Vu la pression, il décide de libérer le vieux Balamine Dembélé mais il a gardé les deux jeunes. Face à l’inexistence de preuve de leur nationalité supposée malienne, le commissaire de police évoque des problèmes de signature des actes de naissance de Badra Ali et Kassoum. Il estime que le quatrième adjoint au maire qui a signé leur acte de naissance n’a pas la même signature sur les deux papiers. Quant à Dembélé, il lui reproche le fait qu’il soit né en 1959 à Tengréla, mais son jugement supplétif a été établi à Boundiali. Il devrait savoir qu’en 1959, Tengréla n’était pas encore érigé en sous-préfecture encore en commune (mairie). Alors, le fait que l’acte de naissance de Dembélé soit délivré par la mairie de Boundiali est un faux alibi pour créer un problème où il n’y en avait apparemment pas. Hier, aux dernières nouvelles, à 15 h, les deux jeunes ont été libérés mais leurs pièces confisquées. C’est ce matin, le commissaire Guéi Patrice a promis de les leur restituer
Ibrahima B. Kamagaté

Les commentaires sont fermés.