topblog Ivoire blogs

mercredi, 10 décembre 2008

FORCES NOUVELLE ET FPI METYTRENT BALLE A TERRE

Une rencontre d’explication et d’apaisement. Face la tension qui était véritablement montée d’un cran entre les Forces Nouvelles et le Front populaire ivoirien (FPI), le chef de l’Etat a reçu les deux formations, hier dans l’après-midi à la Présidence.

Rencontre2%20(Large).jpg



Les échanges entre Laurent Gbagbo et la délégation des Forces Nouvelles, forte de sept personnes et conduite par le ministre Moussa Dosso, ont débutés à 16 heures. Quant à la délégation du FPI, une quarantaine de personnes avec à leur tête le président Pascal Affi N’Guessan, elle a été reçue à 18 heures. Selon des sources présentes à ces discussions, le chef de l’Etat a d’abord exprimé son indignation face aux violences verbales entre le FPI et les Forces Nouvelles. « Ce n’est pas bien pour les signataires de l’Accord politique de Ouagadougou de s’agressent mutuellement », a déploré le président Laurent Gbagbo, également candidat du FPI à la prochaine élection présidentielle. Selon le chef de l’Etat, l’on doit tenir compte de l’opinion des uns et des autres, tout en privilégiant cependant le dialogue et l’apaisement. C’est pourquoi, il a demandé à chacune des deux délégations de « mettre balle à terre et d’éviter de s’adonner à des querelles inutiles ». Face au président Laurent Gbagbo, les Forces Nouvelles ont, à leur tour, dénoncé l’attitude belliqueuse du président du parti au pouvoir, Pascal Affi N’Guessan qui, du jour au lendemain et selon ses humeurs, décide de remettre en cause l’Accord politique signé par son leader (Laurent Gbagbo) le 4 mars 2007 à Ouagadougou. « Les Forces Nouvelles reste attachées à l’Accord politique de Ouagadougou. Et elles sont ouvertes au dialogue. Mais il est important que vous rappeliez M. Affi N’Guessan à l’ordre, en lui faisant accepter cet Accord qui, aujourd’hui, est la clé d’une sortie de crise définitive en Côte d’Ivoire », a indiqué la délégation des Forces Nouvelles au chef de l’Etat. Une délégation composée, outre du ministre Moussa Dosso, des ministres Amadou Koné et Koné Mamadou, du colonel major Bamba Sinima, de MM. Alain Lobognon, André Ouattara et Sess Mohammed alias ‘’Ben Souk’’. A sa sortie d’audience, le ministre Dosso a souligné à la presse que l’incident était clos et que les Forces Nouvelles étaient prêtes à jouer la carte de l’apaisement. Quant au président du FPI, il a promis également mettre balle à terre. Cela, en attendant une prochaine rencontre annoncée par le chef de l’Etat et prévue avant la fin du mois de décembre.

Diawara Samou

Les commentaires sont fermés.